Education-Formation

La FCPE et la visite du ministre de l’Éducation

Témoignages.re / 21 août 2017

JPEG - 29.8 ko
Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale.

A l’occasion de la venue du Ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer, une délégation du bureau départemental a eu audience auprès de ce dernier.

Au cours de ces 45 min d’échanges, la FCPE a pu aborder les thématiques suivantes :

- La question des contrats aidés, conscients qu’il s’agit davantage d’un débat politique que d’éducation qui sont nos missions premières, nous avons toutefois interpellé Monsieur Blanquer sur le souci de la FCPE974 de garantir l’accueil des enfants dans des conditions sereines et pérennes. Nos écoliers et leurs familles n’ont en effet pas à subir les choix politiques des différentes communes en matières de recours aux emplois aidés.

- La question des rythmes scolaires a été évidemment abordée et ce dans un contexte beaucoup plus global que le débat sur la semaine à 4 jours ou 4 jours et demi. Il s’agit aussi de réfléchir à un ajustement du calendrier scolaire à La Réunion pour garantir, du moins de notre point de vue, une scolarité efficiente pour tous.

Comment alors la FCPE peut-elle être le vecteur d’une collaboration riche et efficace entre l’Éducation Nationale et les parents d’élèves ? Il s’agit de garantir à la fois un exercice plein et entier de notre rôle dans ce type de débat mais aussi de ne pas faire l’économie d’un débat sur la qualité et le contenu de l’enseignement dispensé.

- Nous avons exigé la mise en œuvre et le respect du décret dit « parents d’élèves » (Décret du 28 Août 2006 – art D111-6) qui stipule que les associations de parents d’élèves doivent être composées exclusivement de parents ayant au moins un enfant scolarisé. Beaucoup de ces « prétendues » associations ne respectent pas le code de l’éducation nationale, ne respectent pas les statuts de parents d’élèves et font du commerce sur le dos des familles. Cela rend encore plus flou le statut et le rôle du parent d’élève élu ; la FCPE milite en effet pour la reconnaissance du statut de délégué de parent d’élève, et ce, dans le strict respect des textes.

Si nous reconnaissons que les services du rectorat ont pris la mesure du problème en les excluant des instances académiques, force est de constater que certains directeurs(trices) et chefs d’établissement continuent à donner audience et crédit à ces « prétendues » associations, voire, affichent très clairement leur favoritisme. Nous avons donc invité le Ministre et le Recteur à ne pas se rendre complices et à ne pas cautionner cette dérive.

- la FCPE 974 s’engage pleinement dans la promotion de l’école inclusive. Trop d’enfants en situation de handicap ne bénéficient pas des moyens que le droit commun doit en toute logique mettre en œuvre. Sur la question de l’autisme et dans le cadre des réflexions sur le 4e plan autisme, nous interpellons le Ministre et le Recteur sur la nécessité d’engager une politique de formation plus volontariste à l’attention des enseignants et des AESH, de l’utilité d’avoir recours aux pédagogies alternatives… et ce, afin que chaque enfant, en situation de handicap ou pas, puisse bénéficier des meilleurs outils et approches pour une scolarité riche, plurielle et épanouissante.

- Il tient particulièrement à cœur de la FCPE 974 de faire évoluer les manuels scolaires d’Histoire et Géographie afin d’y intégrer l’Histoire des Outre-Mer. Les ouvrages scolaires ne peuvent résumer

l’Histoire de France au seul territoire national. Les Outre-Mer font partie intégrante de l’Histoire de France.

La FCPE, le Ministre et le Recteur ont été unanimes sur le fait que le temps imparti était trop court au regard de l’importance des sujets que nous avons souhaité aborder avec eux et c’est en ce sens que le Recteur de la Réunion s’est engagé à nous rencontrer dans un avenir très proche pour approfondir ces thématiques.

FCPE-Réunion