Education-Formation

Le Conseil général investit en faveur des jeunes

Rentrée scolaire 2010

Sophie Périabe / 4 septembre 2010

Chaque année, le Conseil général investit plus de 15 millions d’euros dans un programme pluriannuel de travaux sur l’ensemble des collèges de l’île. Pour la rentrée 2010, trois établissements ont été restructurés, un autre, en cours de réhabilitation, sera livré en mars 2011.

Pour lutter contre le vieillissement des ouvrages et des équipements, et adapter les anciens bâtiments aux nouvelles réglementations, le Conseil général lance régulièrement des travaux de restructuration. La semaine dernière, c’est le collège du Ruisseau à La Rivière Saint-Louis qui a été livré après 2 ans de travaux de réhabilitation. Désormais, ce collège compte une cuisine, un vrai pôle CDI/informatique/multimédia, un préau, un parking supplémentaire, etc., pour un coût global de 6 millions d’euros. Un investissement nécessaire pour améliorer les conditions de travail des élèves et de la communauté scolaire.
À Saint-Paul, le collège Jules Solesse a fait peau neuve également. Cette opération complexe sur site occupé a permis de pérenniser les locaux. Deux bâtiments neufs ont été construits comprenant un pôle artistique, une salle de permanence et des salles banalisées, pour une surface de 750 mètres carrés. La collectivité a engagé près de 10 millions sur cet établissement.
Les élèves du collège Terrain Fayard à Saint-André disposent aujourd’hui d’équipements sportifs. Un plateau de 44 mètres sur 22 avec couverture, fermeture des façades, a été construit avec un mur d’escalade sur un de ses pignons. Les travaux, de 2,6 millions d’euros, ont permis de réaliser deux dépôts de matériel, une piste d’athlétisme ainsi que des vestiaires, des douches et un logement pour le gardien de l’établissement.

Accompagner les jeunes vers l’excellence

Au-delà de ses obligations légales en matière d’éducation, le Conseil général a développé des dispositifs facultatifs pour un investissement de plus de 22 millions d’euros.
Dans le primaire, 300 euros par établissement ont été alloués pour 130 écoles pour les sorties pédagogiques. En matière de lutte contre l’illettrisme, la collectivité poursuit ses actions parmi lesquelles la Télé-Formation à la Lecture Réunion, le financement des centres de lecture et d’écriture ont permis 14.721 séjours.
131 boursiers départementaux (niveau Bac +2) ont accompagné 251 élèves dans l’aide aux devoirs.

La subvention TICE, d’un montant de 625.000 euros, répartis en fonction des effectifs des collèges, a permis le renouvellement du parc informatique. Des travaux de câblage ont également été effectués dans 13 collèges pour un montant de 245.000 euros.
Grâce à ces subventions, l’ensemble des collèges a accès à l’Internet haut débit et peut être toujours connecté.

Les étudiants bénéficient, eux aussi, d’aides du Conseil général. Pour la rentrée 2010, 15.700 demandes de bourses départementales ont été enregistrées sur le site net-bourses.
La collectivité peut apporter une aide également pour couvrir les frais de scolarité et aider à une première installation hors du département.
Une convention signée entre la collectivité et le CNOUS en 2009 permet aux étudiants réunionnais d’être prioritaires sur les logements du CROUS en métropole.
D’autre part, le Conseil général dispose de 85 chambres à la Cité Internationale universitaire de Paris pour une durée de 25 ans.
L’ambition de la collectivité est d’accompagner les jeunes vers l’excellence.

 SP 


Circulez en toute tranquillité

La carte Libre Circulation est le premier titre intermodal mis en œuvre sur l’île.
Elle permet aux étudiants de voyager librement sur l’ensemble des réseaux de transports urbains et interurbains de l’île pour un coût très attractif de 50 euros pour l’année universitaire.
La barre symbolique des 5.000 cartes délivrées vient d’être passée, soit une augmentation d’environ 10% par rapport à l’année précédente.
S’agissant du transport des élèves et étudiants handicapés, ce dispositif concerne tout élève scolarisé de la maternelle à l’université, reconnu avec un taux d’incapacité supérieur ou égal à 50% par la CDAPH (Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées). Les demandes sont traitées par le Département après validation de la CDAPH quand le taux d’incapacité est compris entre 50 et 79%. Pour les élèves présentant un taux d’incapacité supérieur ou égal à 80%, la prise en charge est systématique sur présentation d’une notification effective de la CDAPH mentionnant le taux d’incapacité.
Ce dispositif connaît chaque année une croissance de l’ordre de 20%, soit, à ce jour, 1.200 élèves qui en bénéficient via :

- la mise en œuvre d’un transport à la carte, de leur domicile à l’établissement, par des transporteurs disposant de véhicules de 5 à 9 places (1.000 élèves concernés) ;

- l’indemnisation des frais engagés par les familles qui assurent elles-mêmes le transport de leurs enfants (200 élèves concernés).


Kanalreunion.com