Education-Formation

Les jeunes Réunionnais de plus en plus diplômés

D’après une étude de l’Insee

Sophie Périabe / 29 juin 2010

C’est ce qui ressort d’une étude de l’Insee sur le niveau d’études des jeunes Réunionnais, rendue publique récemment. En 2009, 85,3% des inscrits au Baccalauréat (tous Bac confondus) ont été reçus. Paradoxalement, le nombre des jeunes sortant du système éducatif sans diplôme est toujours élevé dans notre île (deux fois plus qu’en France), même s’il tend à s’améliorer.

Lors de la session 2009 du Baccalauréat, 8.100 lycéens ont obtenu leur diplôme, contre 6.000 il y a 10 ans et 3.000 il y a 20 ans. Le nombre de bacheliers de 2009 correspond à un record pour l’académie alors même que le nombre de candidats s’est stabilisé depuis plusieurs années. La Réunion a désormais rattrapé son retard par rapport à la France métropolitaine.
Outre le diplôme du Baccalauréat, l’Académie de La Réunion a délivré en 2009 près de 7.000 diplômes professionnels, dont 2.900 BEP, 2.300 CAP et 1.200 BTS.
Nos jeunes n’ont donc jamais été plus diplômés qu’aujourd’hui. Mais face à un marché du travail où la demande est bien plus importante que l’offre, de nombreux jeunes poursuivent des études post-Bac, dans l’espoir que leur BTS, Licence ou encore Master leur ouvrent de nouvelles portes.
Dans notre île, trois-quarts des bacheliers s’inscrivent dans l’enseignement supérieur. En 10 ans, le nombre d’inscrits dans le cycle supérieur a progressé de 17,6%, avec une remarquable envolée pour l’IUT, qui connaît une croissance de 163,7%. Les jeunes préfèrent davantage se tourner vers des filières plus “professionnelles”, délaissant quelque peu “les lettres et sciences humaines” de l’université, qui enregistrent une baisse de 13%.

La situation s’améliore

Paradoxalement, chaque année, un nombre important de jeunes sortent du système scolaire sans aucun diplôme. Le taux réunionnais (environ 12%) est deux fois plus élevé que la moyenne métropolitaine, et il place l’Académie de La Réunion à la deuxième place des taux de sortie les plus forts, derrière la Guyane. Pourtant, la situation s’améliore. Ainsi, le taux de sortie sans qualification est descendu pour la première fois en dessous de la barre des 12% en 2007. Il s’était maintenu entre 14% et 16% entre 1999 et 2005, mais il partait de très haut : 38% en 1987.
L’objectif fixé par l’académie dans son projet stratégique pour la période 2008-2011 est de réduire le taux de sortants sans qualification afin de le ramener à 7%.
Et une des mesures avancées par le gouvernement pour lutter contre les sorties sans qualification et augmenter le niveau de qualification des jeunes est le Bac Pro en 3 ans. En effet, depuis la rentrée 2009, le Bac professionnel en 3 ans remplace la plupart des BEP en 2 ans suivis des deux années de Bac Pro. Les élèves et le corps enseignant s’étaient mobilisés en 2008 contre cette réforme de la filière professionnelle. Selon eux, cette réforme a été décidée sans aucune réflexion pédagogique et dans le seul but de faire des économies.
L’avenir nous dira si cette réforme a eu l’effet escompté !

 Sophie Périabe 


Kanalreunion.com