Education-Formation

Mayotte : des correcteurs du bac ont peur de circuler la nuit

Le SNES demande des mesures de sécurité renforcée

Manuel Marchal / 23 juin 2016

Les corrections du bac commencent aujourd’hui à Mayotte. Le SNES a demandé des mesures pour que les correcteurs ne circulent pas sur les routes après la tombée de la nuit. Les enseignants ont peur d’être arrêtés à des barrages et rançonnés. Si des mesures de sécurité ne sont pas mises en place, le SNES menace de perturber les corrections du bac.

JPEG - 37.4 ko
Photo d’archives (Image Mayotte Première)

Cette information rappelle le climat d’insécurité qui règne depuis plusieurs semaines à Mayotte. Aujourd’hui commencent les corrections du bac. Des enseignants sont amenés à se rendre dans des centres d’examen distants de leur domicile pour corriger les copies. En cette saison, les jours sont les plus courts. Le travail de correction se finit donc souvent après la tombée de la nuit.

Mais des correcteurs estiment que se déplacer à Mayotte après le coucher du soleil est dangereux. À plusieurs reprises, des barrages ont été dressés sur des routes, et des usagers ont été rançonnés. Des automobilistes refusant ce racket ont vu leurs véhicules incendiés. C’est pourquoi le SNES demande des mesures exceptionnelles, faute de quoi il faisait planer hier la menace de perturber les corrections du bac.

Le SNES demande notamment que les bus scolaires transportent les professeurs devant se rendre à leurs centres d’examen à l’aller et au retour. Pour sa part, l’UNSA demande que les enseignants puisse corriger les copies à domicile, et que si des professeurs devaient se déplacer, il faudrait réorganiser les lieux de correction afin que le trajet soit le plus court jusqu’à l’établissement scolaire.

Rappelons que près de 800 enseignants ont demandé à quitter Mayotte lors des prochaines mutations, indique la CGT.


Kanalreunion.com