Education-Formation

Mobilisation contre les fermetures de classes

Saint-Paul

Cinthia Fontaine / 11 juin 2010

Près de 80 personnes étaient réunies hier après-midi devant l’hôtel de ville de Saint-Paul à l’appel de la députée-maire Huguette Bello des syndicats et des comités de parents d’élèves.

« Nous sommes réunis aujourd’hui pour exprimer notre désapprobation face à l’annonce de 15 fermetures de classes sur la commune de Saint-Paul. Ces fermetures s’inscrivent dans la politique générale de suppression de 16.000 postes dans l’éducation nationale en 2010 », entame Huguette Bello.
En effet après 8.700 suppressions de postes en 2007, 11.200 en 2008, 13.500 en 2009, les 16.000 de cette année, ce sont 17.000 qui sont prévues en 2011 et environ 20.000 programmées en 2012. « Ces mesures relèvent clairement d’un projet global de démantèlement systématique des services publics ainsi que l’on peut le vérifier dans d’autres domaines (la santé, l’enseignement supérieur, l’emploi…) », continue-t-elle.
En mai, le ministère a invité les recteurs d’académie à réfléchir sur la manière de mobiliser « les gisements d’efficience » pour tenir l’objectif de non remplacement d’un départ à la retraite sur 2 pour 2011-2013. Dans les faits, c’est un appel aux académies à traquer la moindre dépense, au détriment de la qualité de l’enseignement. Sur des principes d’économie on sacrifie l’avenir des nos enfants.

L’économie au détriment de la qualité

Des leviers ont pour cela été identifiés tels que l’augmentation d’un élève par classe ce qui en théorie devrait se traduire par une économie de près de 10.000 classes, soit 4% du contingent total. On réduit les besoins en remplacement, on parle même d’un possible appel aux retraités, alors qu’ici même le collectif prof974 se bat pour que de jeunes enseignants qualifiés puissent rester à La Réunion où les besoins sont énormes. On supprime les RASED, réseau d’aide pour ceux qui éprouvaient les plus grandes difficultés. On tend vers la suppression de la scolarisation à deux ans. Les chiffres le prouvent, la scolarisation des enfants de moins 3ans est passée de 35% à 15%. On supprime les postes d’assistants étrangers pour l’apprentissage des langues étrangères.
En contradiction avec la cour des comptes qui vient de dénoncer l’insuffisance du pourcentage du PIB consacré à l’école, alors même que le nombre d’élèves augmente, le ministre met en place un plan de rationalisation. La France est d’ailleurs loin derrière les autres pays développés en termes de dépenses par élèves, les longues études coûtent chères et cela profite toujours aux mêmes.
« L’application de ce plan à La Réunion aura des effets désastreux. Notre situation avec 120.000 cas d’illettrisme et 52% de la population au dessous du seuil de pauvreté nécessite des moyens exceptionnels et non ce rabotage irresponsable », ajoute la députée-maire.

Des évaluations défavorables

À La Réunion les évaluations des CM2 montrent de véritables difficultés. 31% des élèves réunionnais ont des acquis solides en français contre 43% en métropole. Idem pour les mathématiques avec 23% contre 35%. Malgré des progrès scolaires rapides, les difficultés restent réelles. La non-considération de la langue maternelle créole dans l’apprentissage du français y étant sans doute pour quelque chose.
Huguette Bello a ensuite rappelé l’importance de l’accueil des tout-petits. « Pour la prochaine rentrée scolaire, nous avons enregistré 137 demandes de scolarisation pour des enfants de moins de 3 ans. Que fait le rectorat ? Il ferme des classes, au lieu d’ouvrir des classes maternelles afin de répondre à la demande des familles ».
De plus les décisions de fermetures prises ne tiennent pas compte de l’évolution des logements. Sur Plateau Caillou, par exemple, 40 logements sont prévus pour 2011 ; 20 en 2012. Pourtant ce sont 4 classes qui sont menacées de fermetures. Et l’on connaît combien il est difficile de faire ouvrir une classe.
« Ces suppressions de classes, de postes et de moyens ne préparent pas l’avenir, c’est une atteinte à l’égalité des chances. C’est la fin de l’école ascenseur social, d’une éducation qui contribue à la réduction de la pauvreté et des inégalités », a conclu Huguette Bello.

CF


Halte au non-remplacement des professeurs

La FCPE appelle toutes les familles à signaler dès la rentrée 2010, le non-remplacement des professeurs absents afin de pouvoir porter plainte pour non-éducation. Il est aussi possible de le signaler sur le site de la FCPE(http://www.fcpe.asso.fr/ouyapacours/) qui dresse une liste de carence.


Kanalreunion.com