Education-Formation

Pas de cours pour les élèves en carrosserie depuis la rentrée au lycée Georges Brassens !

Lettre à Ericka Bareigts, Ministre de l’Outre-mer :

Témoignages.re / 26 septembre 2016

JPEG - 112 ko

Madame La Ministre de l’Outre-Mer,

Par lettre du 1er mars de cette année, notre syndicat vous a interpellé publiquement sur la situation des professeurs des lycées professionnels de l’académie de La Réunion mutés en métropole alors que vous étiez secrétaire d’Etat chargé de l’égalité réelle.

Six semaines après la rentrée scolaire, les élèves de la section carrosserie du lycée Georges Brassens à Saint-Denis n’ont pas d’enseignement professionnel, il n’y a plus : ni professeur titulaire, ni contractuel dans l’académie.

Le 5 octobre 2015, notre syndicat, afin d’alerter le rectorat, a appelé les collègues du LP François de Mahy à une grève. Nous dénoncions le licenciement abusif de deux professeurs avec plus de 15 ans de pratique professionnelle dans cette discipline ! Il convient de rappeler que les collègues grévistes ont été sanctionnés financièrement alors qu’ils prévenaient l’institution sur le manque de professeurs dans cette discipline.

Depuis les résultats du mouvement inter académique 2016, nous relançons sans cesse le ministère pour revoir l’affectation des collègues mutés dans cette discipline en métropole. Certains étaient contractuels en CDI depuis de nombreuses années et exerçaient dans l’académie. A ce jour, aucune réponse de la part des pouvoirs publics !

Cette situation inacceptable handicape les élèves qui n’ont pas cours depuis la rentrée. Certains d’entre eux devant passer leurs examens en fin d’année, seront victimes de cette situation puisqu’il leur manquera de nombreuses semaines de cours obligatoires pour la validation de leur diplôme. Seront-ils les victimes de cette situation qui était, nous le rappelons, prévisible.

Nous constatons aussi que des contractuels enseignant habituellement en collège en espagnol, n’ayant de ce fait aucune formation en lettres-espagnol, ont été affectés en lycée professionnel. Il faut bien combler le déficit des cinq postes des cinq professeurs titulaires que l’administration a muté en métropole en cette rentrée ! C’est la même problématique en lettres-histoire-géographie, ou des enseignants formés, titulaires, dans l’impossibilité de partir sont obligés de se mettre en disponibilité et on recrute de nouveaux contractuels qui n’ont jamais enseigné !
Est-ce l’égalité réelle que prône le gouvernement ?

En quel nom, si ce n’est celui de l’austérité budgétaire, peut-on sacrifier l’avenir des jeunes réunionnais ? Au nom de quoi des professeurs expérimentés originaires de La Réunion devraient-ils enseigner en Seine-Saint-Denis alors que les besoins existent à La Réunion ? Est-il admissible que les pouvoirs publics laissent les jeunes sur le bord du chemin, sans formation professionnelle depuis la rentrée ? Ou peut-on penser que cela répond à la volonté du gouvernement de privilégier l’alternance à la formation professionnelle en lycée Professionnel, grande conquête de la classe ouvrière au sortir de la guerre. Dans ce contexte, Il est urgent que vous usiez de votre influence pour que le ministère de l’Education Nationale revoie l’affectation des collègues affectés en métropole afin que les élèves Réunionnais puissent bénéficier à égalité avec les jeunes de métropole d’un enseignement de qualité.

Veuillez agréer, Madame La Ministre, l’expression de mon profond respect.

Jean-Jacques Perrot
Secrétaire Académique
Du Syndicat FO des Lycées Professionnels


Kanalreunion.com