Education-Formation

Saint–Paul : Deux écoles changent de nom

Témoignages.re / 7 juin 2011

L’école élémentaire de la Grande France s’appelle désormais “École Jean-Luc Daly-Eraya” et l’école primaire de Sans-Souci a été dénommée “École Jasmin Robert”.
Les signalétiques ont été dévoilées hier en présence de M. Daly-Eraya (pour la Grande Fontaine) et des proches de Jasmin Robert (décédé) pour Sans-Souci. « Ces dénominations se veulent fidèles à notre ligne politique de valorisation des Saint-Paulois. Elles sont une reconnaissance envers des personnalités qui se sont illustrées sur notre commune », a expliqué Huguette Bello, députée-maire de Saint-Paul.


Jean-Luc Daly-Eraya
Un homme humble dont l’amour pour son métier avait la faculté de motiver tous les enfants aux études et à l’apprentissage : c’est l’un des souvenirs que laisse Jean-Luc Daly-Eraya. Cadet d’une fratrie de 10 enfants, né le 12 février 1952, il fréquente successivement l’école des Garçons de Saint-Gilles-les-Bains, le Collège du Guillaume, le Collège d’enseignement général de Saint-Paul, puis le complexe du Butor (Lycée Leconte Delisle). Il décroche le Baccalauréat (D) à l’âge de 19 ans.
Enseignant dès 1971, notamment à Bellemène, il dirige à partir de septembre 1979 une Classe de Perfectionnement devenue en 1992 Classe d’intégration scolaire (CLIS) à la Grande Fontaine, après une nouvelle année de perfectionnement à l’Ecole Normale de Saint-Denis. Son statut en 2003 de “Maître E” en Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté (RASED) confirme son engagement aux côtés des enfants en difficulté scolaire.
Il relève les défis, n’hésitant pas à s’exprimer en créole et adoptant une méthode de travail personnelle appréciée des élèves. Jean-Luc Daly-Eraya leur redonne ainsi goût de l’effort et goût à la lecture. Pour lui, l’école est le lieu où s’apprend le vivre ensemble, où se vivent et se pratiquent les valeurs républicaines de fraternité et de solidarité, de protection des plus faibles… Son engagement aux côtés des enfants en difficultés scolaires sera constant et entier. Jusqu’à son départ à la retraite en 2007, et même après, il n’a de cesse de transmettre ces valeurs.


• Jasmin Robert
Né le 29 avril 1945, Jasmin Robert laisse dans le quartier et dans l’école l’image d’un homme gentil, travailleur courageux et consciencieux. Il laisse aussi ses empreintes, plantées dans la cour qu’il a aménagée et fleurie de ses mains. Jasmin Robert fut d’ailleurs embauché comme jardinier dès 1985 lors de la première rentrée scolaire. Une suite logique dans sa carrière qui lui permet de s’intégrer durablement à l’école de Sans-Souci à laquelle il était très attaché. Il avait déjà participé à la construction de l’équipement scolaire en 1984-1985.
Chaque fleur de l’école et chaque arbuste rappellent le respect que le premier jardinier portait à l’environnement et au cadre de vie. Une valeur qu’il a réussi lui-même à inculquer à nombre d’élèves du quartier. Jasmin Robert est décédé le 11 février 1994.


Kanalreunion.com