Education-Formation

Un Centre hospitalier universitaire à La Réunion

Le résultat de 6 ans de luttes lancées et concrétisées par la mandature de Paul Vergès à la Région

Céline Tabou / 14 mai 2010

L’Université de La Réunion a décidé de créer une Faculté de Santé, ouverte aux deuxième année de Médecine d’ici août 2010 à Saint-Denis, et une troisième année de Médecine en 2011. L’objectif est de pallier aux manques de médecins sur l’île, et de permettre aux Réunionnais de rester sur l’île.

Michel Calmon, directeur général du CHR, a indiqué lors d’une conférence de presse que le CHUR devrait ouvrir ses portes d’ici la fin de l’année. Celui-ci formera à terme de jeunes médecins pour la zone océan Indien, et accentuera la recherche dans les domaines des maladies infectieuses, génétiques et la périnatalité.

Un combat rudement mené

Dès 2004, la Région avait fait « La demande de création d’un Centre hospitalier régional (CHR) qui est récurrente depuis 15 ans. Elle n’avait jamais encore abouti. Dans ce processus, un pas supplémentaire a été franchi en 2004, la Région Réunion ayant inscrit dans les orientations de sa mandature la création d’un CHU (Centre hospitalier universitaire) », selon un communiqué de presse de la Région, publié dans “Témoignages” le 2 juin 2005.
Un an plus tard, la venue à La Réunion d’une mission conjointe d’inspecteurs généraux des ministères de la Santé et de l’Éducation nationale a poussé la prise de décision de la création d’un CHU dans l’île. Celui-ci ouvrira des perspectives professionnelles aux jeunes Réunionnais dans les secteurs médicaux et paramédicaux : (médecin, kinésithérapeute, sage-femme, mais aussi infirmière, aide-soignante, manipulateur radio, cadre...), et permettra à La Réunion d’être une plate-forme d’excellence dans l’océan Indien.
En 2006, les choses prennent forme avec la création de la structure juridique, et la labellisation des services identifiés afin que le projet puisse répondre aux demandes, et aboutir à la création d’un Centre hospitalier régional universitaire.

La dimension politique du projet

Lors de la campagne régionale 2004, les candidats en liste, et notamment celle dans laquelle figurait Didier Robert, avaient réfuté la création d’un CHUR, sous prétexte que l’île était trop petite, et que les coûts financiers seraient trop élevés. Catherine Gaud, élu de l’Alliance au Conseil régional, avait expliqué alors que lors de la venue du Premier ministre Dominique de Villepin, à l’occasion de l’épidémie de chikungunya en 2006, « lorsque Paul Vergès avait proposé la création du CHUR, deux parlementaires (Margie Sudre et Jean Paul Virapoullé - ndlr) avaient répliqué que La Réunion était trop petite, et qu’on en avait pas besoin. Ce qui est inacceptable ».
Catherine Gaud avait appelé à la mobilisation pour la réalisation de ce projet « parce qu’il permet, dans le cadre de l’université d’excellence, aux étudiants réunionnais de faire leurs études à La Réunion, mais il en sera de même pour les étudiants mahorais, malgaches, seychellois, mauriciens, et venant d’Afrique francophone. L’enjeu est important, car c’est offrir une grande Université de Médecine dans l’océan Indien. C’est un outil essentiel pour les Réunionnais, mais c’est également un moyen de co-développement ».
Cet appel a été entendu, six ans après les premières démarches, sous la Direction de Paul Vergès, les Réunionnais ont droit à un Centre hospitalier universitaire rayonnant dans notre région océan Indien.

Céline Tabou


Kanalreunion.com