Energies

Autonomie énergétique et décentralisation des moyens de production

Après la panne générale d’électricité d’hier

Manuel Marchal / 30 décembre 2013

Un orage, des éclairs, trois lignes à haute tension touchée et en un instant, plus d’électricité à La Réunion. Il a fallu la mobilisation de nombreux agents pour rétablir la situation dans la journée, et cela un dimanche pendant la période des Fêtes. Cet incident rappelle la vulnérabilité de notre île aux événements climatiques.

JPEG - 87.6 ko
Sur le toit de ce lycée des panneaux solaires. Avec un système de stockage de l’électricité, cet établissement serait à l’abri des conséquences de la panne d’une ligne à haute tension.

Hier après midi, des orages ont éclaté dans le Sud. Ils étaient accompagnés de fortes pluies. Le Sud était particulièrement touché, avec près de 170 millimètres de pluie relevés en trois heures au Tampon.

Des éclairs sont tombés sur trois lignes à haute tension, dont celle de 62000 volts La Plaine-Takamaka. 80% des centrales se sont alors automatiquement arrêtées, et toute l’île a été privée d’électricité.
Cet événement rappelle la vulnérabilité de notre île aux événements climatiques.

L’élément nouveau, c’est la panne générale. Elle est un effet de la structure du réseau électrique. L’essentiel de la production vient de plusieurs centrales, et presque tous les abonnés sont uniquement consommateurs.
Un incident sérieux à un endroit, et c’est tout l’ensemble qui est déstabilisé avec le risque de la panne générale.

Le projet d’autonomie énergétique prévoit au contraire une décentralisation des moyens de production, et un raccourcissement du transport car grâce aux énergies renouvelables, l’électricité peut être produite au plus près de la demande, et sans pollution.

Avec un tel système, l’incident d’hier n’aurait pas eu de telles conséquences, car l’autonomie énergétique fera de la majorité des Réunionnais des producteurs d’électricité.


Kanalreunion.com