Energies

Autonomie énergétique : la dynamique réunionnaise résiste

Malgré la casse des énergies renouvelables par la Région et le gouvernement

Manuel Marchal / 8 avril 2011

Malgré tous les coups portés par la Région et le gouvernement, les acteurs des énergies renouvelables continuent de travailler sur l’autonomie énergétique. La dynamique réunionnaise résiste, un secteur refuse de mourir et continue de lutter.

L’élan créé entre 1998 et 2010 est toujours bien vivace. Les professionnels des énergies renouvelables ont organisé hier une manifestation dans le cadre de la Semaine du Développement Durable. Elle a permis à Témérgie de faire le point sur le niveau des avancées des techniques qui permettront d’atteindre l’autonomie énergétique.
Cette rencontre se tient dans un contexte difficile. Depuis l’arrivée de l’UMP à la direction de la Région, un coup d’arrêt a été infligé à l’autonomie énergétique, source de gain de pouvoir d’achat et d’emplois pour les Réunionnais.
Dans son discours d’investiture, Didier Robert annonce l’arrêt de la géothermie. Le message est reçu cinq sur cinq par le gouvernement. Ce dernier élabore de nouvelles règles qui visent à casser la dynamique du développement du photovoltaïque. Or l’énergie du soleil est une part importante dans le mix de l’autonomie énergétique en 2025.
Un article de presse annonce la délocalisation de l’expérimentation de l’énergie thermique des mers pour aller dans le sens des intérêts d’une entreprise, mais pas dans le sens de celui des Réunionnais.
Cette offensive fait les affaires des pétroliers et autres sociétés qui veulent fourguer aux Réunionnais les technologies dépassées des énergies fossiles. C’est ainsi que le directeur régional d’EDF annonce qu’il est nécessaire d’installer deux turbines au fioul dans le Sud, qui s’ajouteront à la centrale thermique en construction à quelques mètres de la mer.
Le gouvernement a ainsi bloqué tous les projets liés au photovoltaïque pendant trois mois, puis a publié de nouvelles règles qui rendent totalement impossibles à réaliser des projets qui étaient pourtant déjà financés.
Confrontés à cette offensive institutionnelle sans précédent, les professionnels réunionnais maintiennent l’espoir. Et ils ont présenté hier les solutions de l’autonomie énergétique.
C’est cet espoir que l’UMP ne pourra pas détruire. Il puise son origine dans l’esprit de résistance des Réunionnais. Et il souligne que dès que le changement arrivera au sommet de l’État l’an prochain, la marche vers l’autonomie énergétique reprendra, encore plus rapide qu’avant, et sans doute avant 2025, les Réunionnais n’auront plus besoin d’acheter à prix d’or des carburants, du gaz et du charbon.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com