Energies

Autosuffisance énergétique d’une île des Canaries

Inauguration le 27 juin à El Hierro

Témoignages.re / 17 juin 2014

Avec le vent et l’eau, l’île d’El Hierro réussit à atteindre l’autosuffisance énergétique, extrait d’un article paru dans le journal belge "Le Soir".

Vivre de vent et d’eau fraîche, c’est désormais possible pour les habitants de l’île d’El Hierro. L’astuce : coupler éolien et hydroélectricité. Le projet d’atoll énergétique en mer du Nord est basé sur le même concept.

El Hierro, c’est la plus petite île volcanique de l’archipel des Canaries. Le vent y est roi. Les éoliennes tournent à plein régime. L’ingéniosité et l’audace de coupler la puissance d’Eole avec les principes de l’hydroélectricité font de ce petit bout de terre émergée, le premier territoire au monde totalement autonome en électricité.
Finie, la dépendance au pétrole et à la bourse. Finis, les rejets de gaz à effet de serre. Cette autosuffisance énergétique est obtenue grâce au vent. Lorsque la production électrique éolienne est supérieure à la consommation, le surplus est stocké dans un réservoir d’eau au sommet d’un volcan. En effet, l’excédent d’électricité est utilisé pour acheminer de l’eau d’un niveau bas vers un niveau plus haut où elle est conservée dans un lac. En cas de disette énergétique, le processus est inversé : l’eau est alors libérée et déversée le long des pentes du volcan ce qui actionne des turbines hydrauliques génératrices d’électricité.
Cette infrastructure permet largement l’autosuffisance électrique des 11000 habitants de l’île. Elle serait détenue à 60 % par les autorités locales, à 30 % par le producteur d’électricité Endesa et à 10 % par l’Institut technologique des Canaries. Les autorités locales ayant le vent en poupe, elles visent désormais le remplacement des 6 000 voitures insulaires par des véhicules électriques. De quoi donner des idées à d’autres archipels venteux.
Les ingénieurs belges ne sont pas en reste et ont imaginé la création d’un atoll énergétique en mer du Nord. La réalisation de ce projet ne serait rien de moins qu’une première mondiale. Cette île artificielle creusée en son sein d’un grand bassin d’eau serait aménagée au large de Wenduine, à proximité directe d’un parc éolien offshore.
Le projet est basé sur le même principe de batterie naturelle que celui d’el Hierro : stockage de l’énergie électrique éolienne par pompage d’eau de la mer vers le bassin – lorsque la demande est faible –, suivi de la restitution de l’énergie par l’action de turbines hydroélectriques lorsque la consommation est supérieure à la production-. Un projet intéressant qui tend vers l’indépendance énergétique du pays.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • A l’échelle d’une agglomération c’est aussi envisageable.

    Les Artisans de l’ESPACE ont intégré que Protection de l’ENVIRONNEMENT ET RELANCE D’UNE ECONOMIE DURABLE SONT INDISSOCIABLES. Un vecteur de croissance réaliste qui réduira le déficit du commerce extérieur et le déficit budgétaire.
    Dans une Europe en crise, une grande corrélation des moyens est VITALE pour mettre en œuvre une ECONOMIE ENVIRONNEMENTALE QUI PLUS QUE JAMAIS DEVRA OPTIMISER, VALORISER, RENTABILISER ET PERENNISER LES INVESTISSEMENTS QUI SERVENT L’INTERET GENERAL.

    « Le combat pour la vie sur terre sera gagné ou perdu dans les villes. Les collectivités locales ont un rôle majeur à jouer car les changements globaux débutent au niveau local. » disait A. Djoghlaf, secrétaire exécutif de la Convention pour la Diversité Biologique.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com