Energies

Bilan GES : le principe d’un bilan

Témoignages.re / 7 décembre 2009

L’inventaire des émissions de gaz à effet de serre (GES) fournit un état des lieux complet des émissions directes de GES. Il comptabilise ainsi la quantité des GES émis dans l’atmosphère dans plusieurs secteurs d’activité, généralement en tonnes d’équivalent CO2 (c’est-à-dire la somme de la contribution des différents GES).

La Convention Cadre des Nations Unis sur les Changements Climatiques a pour objectif de stabiliser les concentrations de GES dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique « dangereuse » du système climatique. Le Protocole de Kyoto du 11 décembre 1997 fixe un objectif de réduction pour les émissions agrégées du "panier" de six GES pour 38 pays industrialisés. Ces derniers se sont engagés à réduire globalement leurs émissions de GES de 5,2% sur la période 2008-2012, par rapport au niveau de 1990. Pour sa part, l’Union Européenne (UE) s’est engagée à réduire ses émissions de 8%. La répartition des efforts de réduction des émissions de l’UE fixe un objectif de stabilisation pour la France sur la période 2008-2012 au niveau de 1990.

Afin de surveiller toutes les émissions anthropiques de GES et évaluer les progrès réalisés en vue de respecter les engagements, un mécanisme de surveillance des émissions de CO2 et des autres GES a été mis en place. Les différentes étapes du processus sont :

- Les secteurs dont les émissions sont à évaluer sont définis.

- Les méthodologies à appliquer par secteur sont choisies et mises au point en tenant compte des connaissances et des données disponibles.

- Les données nécessaires et les sources susceptibles de les produire sont identifiées.

- Les données sont collectées, validées, traitées selon les processus établis, y compris en tenant compte des critères liés à la confidentialité le cas échéant.

- Les données obtenues sont stockées dans des bases de données pour exploitation ultérieure.

- Les méthodologies sont appliquées.

- Des vérifications sont effectuées.

- L’ensemble des éléments utilisés pour construire les inventaires est archivé pour en assurer la traçabilité.

A La Réunion, les différents secteurs où les émissions sont à évaluer sont le secteur de l’énergie (production d’électricité, industrie, transport aérien, routier et maritime, résidentiel, tertiaire, agriculture/sylviculture/pêche), le secteur de l’agriculture (fermentation entérique, déjections, sols agricoles), le secteur des déchets (traitements des eaux usées, décharge) et enfin la forêt.

Les émissions de GES s’élèvent en 2006 à La Réunion à 3,26 millions de tonnes équivalent CO2 (MteqCO2). Les émissions en 1990 étaient de 1,56 MteqCO2. L’objectif est donc de réduire nos émissions de 52% afin de respecter nos engagements.

Agence Régionale de l’Energie Réunion
Pour le Développement Durable, l’Adaptation au Changement climatique, les Energies Renouvelables et la Maîtrise de l’Energie pour la construction, l’aménagement et le transport durable
www.arer.org , Espace Info Energie, conseils pratiques et gratuits au 0262-257-257


Kanalreunion.com