Energies

Chauffe-eau solaires et construction de deux résidences HQE

Signature de la convention AFD-Mairie du Port-SIDR

Manuel Marchal / 10 novembre 2009

Dans le prolongement de l’accord-cadre signé en 2007, Pierre André Wilzer, Jean-Yves Langenier et Philippe Jouanen ont signé un accord de financement pour contribuer à deux projets liés au développement durable.

Dans le cadre des 60 ans de la SIDR, la Mairie du Port accueillait hier la cérémonie de signature d’un accord entre l’Agence française de développement, représentée notamment par le président de son Conseil d’administration, Pierre André Wilzer ; Jean-Yves Langenier, maire du Port ; et Philippe Jouanen, directeur de la SIDR.
Cet accord donne accès à un financement à un taux préférentiel permettant de contribuer à la réalisation de deux programmes. C’est tout d’abord la réalisation des opérations Florès et Malacca, deux immeubles HQE qui marqueront le début côté ville du Mail de l’océan. C’est ensuite l’équipement en chauffe eau solaire du parc de logements de la SIDR situé sur la commune du Port. 308 logements seront concernés l’année prochaine.
Cette signature s’inscrit dans le prolongement de la convention cadre signée en juillet 2007 entre la commune du Port et l’Agence française de développement.
Lors de cette cérémonie, Jean-Yves Langenier a rappelé que le projet du TCO sur le cœur d’agglomération de cette collectivité a été labellisé Écocité. Seuls 12 autres projets ont reçu ce label sur tout le territoire de la République.
Pour sa part, Pierre André Wilzer a souligné que la préoccupation environnementale est intégrée de longue date dans les projets politiques du Port. Le président du Conseil d’administration de l’AFD a aussi évoqué le rôle de l’ADEME dans ce partenariat, puisque l’Agence de maîtrise de l’énergie prend en charge les surcoûts liés à l’intégration de techniques HQE qui provoquent un surcoût dans la montant de la construction, exemple : les panneaux solaires.
Philippe Jouanen a pour sa part rappelé que Le Port a été une des premières communes concernées par les opérations de la SIDR. Et quand il y a des décennies, la SIDR construisait des cases en dur, avec l’accès à l’électricité dans chaque pièce et à l’eau courante, c’était déjà du développement durable, indique le dirigeant de la SIDR.
En conclusion, Pierre André Wilzer met en avant un partenariat exemplaire.

M.M.


Kanalreunion.com