Energies

GERRI oublié par la Région

Didier Robert et Sarkozy ont cassé le développement des énergies renouvelables

Céline Tabou / 28 octobre 2011

Destiné soi-disant à faire de La Réunion une île exemplaire concentrant, sur un territoire restreint et clos, toutes les innovations du développement durable, GERRI n’est même plus évoqué par Didier Robert quand il passe à la télé pour boucher les yeux aux chômeurs. C’est bien la confirmation que GERRI a disparu corps et biens, aura-t-il sa place dans une maison des projets démolis bien plus concrète que la maison des soi-disant grands chantiers inaugurée en grande pompe par Didier Robert.

Octobre 2011, Didier Robert annonce l’ouverture de la “Maison des grands chantiers”, et des centaines de millions d’euros d’investissements. Parmi les « grands projets » du président UMP du Conseil régional, les seuls en cours sont ceux lancés par l’ancienne mandature, comme le pont de la rivière Saint-Étienne. Pour le reste, il n’y a que des annonces et des disparitions.
En 2008, Jean-Louis Borloo avait signé la convention créant GERRI (Grenelle de l’Environnement à La Réunion – Réussir l’Innovation), première déclinaison territoriale du Grenelle de l’Environnement.
En 2009, François Fillon a lancé officiellement le programme GERRI, au Cyclotron de Saint-Denis, deux ans plus tard, son proche collaborateur Didier Robert, décide de supprimer ce projet porteur d’avenir et créateur d’emploi.
En 2010, Nicolas Sarkozy avait à deux reprises salué le projet GERRI, le 19 janvier 2010, à Saint-Denis, il avait souhaité, lors des vœux à l’Outre-mer, « la mise en place d’une politique ambitieuse de protection de l’environnement et de la biodiversité ultramarine. Le projet GERRI de La Réunion est, à cet égard, absolument exemplaire. Vous êtes le territoire de la République française qui a le pourcentage d’énergies renouvelables — près de 40% —, le plus important. Vous êtes un exemple. Vous n’êtes pas à la traîne, vous êtes en avance. Mais l’objectif que nous avons c’est l’autonomie énergétique pour La Réunion d’ici à 2030. L’océan est là, le soleil également. S’il est bien des territoires qui peuvent être autonomes grâce au développement durable, ce sont bien les territoires ultramarins ».

La fin des illusions

Mais tout cela n’était que du vent.
Didier Robert a décidé lors de son investiture de mettre fin à l’autonomie énergétique, qui aurait évité aux Réunionnais de payer des factures d’électricité élevées, de réduire la pollution, de prévenir les changements climatiques et entre autres d’être en pointe en matière d’environnement.
Il a décidé de stopper le projet de géothermie et n’a pas défendu les intérêts réunionnais quand Sarkozy a décidé de stopper le développement du photovoltaïque. Il a également brillé par son inefficacité à maintenir à La Réunion le projet de construction d’une centrale pilote utilisant l’énergie thermique marine. Ce sont donc des milliers d’emplois qui sont perdus pour les Réunionnais.
Avant les régionales, l’UMP présentait GERRI comme un grand projet de l’État. 18 mois après sa prise de pouvoir à la Région, l’UMP Didier Robert ne parle plus de GERRI, il suit au mot près la ligne de conduite de son chef Sarkozy. Quelle est la place de GERRI dans la Maison des pseudo grands chantiers ? La réponse risque d’être longue à venir, car hier sur Antenne Réunion, Didier Robert n’a pas dit un mot sur GERRI.


Kanalreunion.com