Energies

Haïti se reconstruit autour de l’énergie solaire

Atténuation du changement climatique

Témoignages.re / 15 janvier 2014

Face aux changements climatiques et à ses conséquences, Haïti a lancé un vaste programme de développement basé sur le solaire. Symbole de ce changement de cap, l’hôpital universitaire de Mirebalais, à 50 km de Port-au-Prince, qui est le plus grand projet du pays.

JPEG - 169 ko
CHU de Mirebalais à Haïti. Avec des panneaux solaires est produite l’énergie nécessaire à un Centre hospitalier universitaire.

Conçu, début 2009, par Partners in Health/Zanmi Lasante (PIH/ZL), Mirebalais est un centre de soins pour une ville de plus de 15.000 habitants. Volonté du gouvernement, après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, qui a fait plus de 220.000 victimes.

Un projet novateur

A la suite des dévastations du séisme, le gouvernement a demandé de développer le projet afin d’en faire un centre hospitalier régional et un centre de formation des médecins et des infirmières, pour un coût global de 25 millions de dollars. Et la fondation « Artists for Haïti », créée par l’acteur américain Ben Stiller, a contribué à hauteur de 2,7 millions de dollars, tandis que la Croix-Rouge américaine a apporté 5,5 millions.

Muni de 1.800 panneaux solaires fournissant 400 kilovolts-ampères (KVA) d’électricité, Mirebalais produit de l’électricité pour couvrir les besoins du CHU, qui dispose également d’équipements de pointe dans ses salles d’urgence et de soins néonataux, ont expliqué PIH/ZL, deux ONG jumelles (américaine et haïtienne) constructrices du bâtiment et le ministère haïtien de la santé, gérant de la structure. D’après ces derniers, l’électricité excédentaire est redistribuée par le réseau national.

Lors du lancement du projet en 2012, Paul Farmer, co-fondateur de PIH a expliqué que « contrairement aux groupes électrogènes fréquemment utilisés par les organismes d’aide, l’énergie solaire ne nécessite que très peu de maintenance. Vous n’avez pas besoin de faire une maintenance planifiée du moteur et de remplacement de filtres, vous avez juste besoin d’éloigner les oiseaux afin qu’ils ne nichent pas dans les panneaux. Dans sa conception actuelle, ce système peut fournir 25 ans d’électricité sans problème », a cité le site HaitiLibre.

Une volonté politique

Face aux dégâts humains et financiers, les autorités avaient souhaité « reconstruire mieux », à travers une utilisation plus systématique des énergies renouvelables, dont le solaire. Haïti est un pays tropical où moins de 25% de la population dispose d’un approvisionnement en électricité. Au cours de l’année 2010, des ONG et des organisations internationales ont distribué gratuitement plus de 50 000 lampes solaires, a indiqué Le Monde.

Le Solar Electric Light Fund (SELF), une ONG américaine qui a reçu des financements de la Banque interaméricaine de développement a construit des cliniques, des orphelinats et des fermes piscicoles munies d’installations solaires. En dépit des efforts réalisés, la fourniture de courant s’est détériorée suite à des difficultés financières et techniques d’Electricité D’Haïti (EDH). De plus, la société privée Axxium a cessé d’assurer leur maintenance, en raison d’un conflit financier avec l’administration.

Pour Jean-Jacques Sylvain, créateur de « Green Energy », société de vente et d’installation d’équipements solaires, malgré la volonté du gouvernement, « il n’y a pas de politique en faveur des énergies alternatives, le gouvernement n’accompagne pas les investissements solaires, il n’y a aucune incitation fiscale et nous devons payer des taxes de 30% à 40% sur les équipements que nous importons ».


Kanalreunion.com