Energies

L’Allemagne va arrêter toutes ces centrales nucléaires

Coup de tonnerre au sein de la première puissance économique d’Europe

Témoignages.re / 31 mai 2011

Angela Merkel a annoncé l’arrêt de tous les réacteurs nucléaires produisant de l’électricité en Allemagne. Ce type d’énergie couvre actuellement 22% des besoins. L’arrêt total sera effectif en 2022. C’est une décision lourde de conséquences, elle place le débat sur le nucléaire au cœur des enjeux de la prochaine présidentielle.

Après la Suisse, l’Allemagne vient d’annoncer sa sortie du nucléaire. Les 17 réacteurs situés sur le territoire allemand seront progressivement mis hors service d’ici 2022, a dit le gouvernement dimanche soir. Huit sont déjà déconnectés du réseau électrique, les neuf autres seront progressivement éteints au cours des 12 prochaines années. C’est une décision « irréversible » a précisé le ministre allemand de l’Environnement.
Cette nouvelle a un impact considérable. En Europe, l’Allemagne est la plus grande puissance économique, et 22% de son électricité est produite à partir des centrales nucléaires. Cette annonce contredit le vote d’une loi l’an dernier qui prolongeait de 12 ans la durée légale d’exploitation des réacteurs nucléaires. Mais depuis a eu lieu le tsunami au Japon, qui a eu pour conséquence la catastrophe de Fukushima.
Cette décision prise par une telle puissance économique crée un précédent. Désormais, ceux qui pensent qu’il est possible de compenser la hausse de la consommation par la mise en production de réacteurs nucléaires en sont pour leurs frais. Ce qui était une certitude ne l’est plus.
L’Allemagne a donc 12 ans pour accélérer sa transition énergétique vers les énergies renouvelables. Mais sur un délai aussi court à l’échelle de ce pays, d’ores et déjà se profile un recours plus important aux centrales thermiques. Or, c’est précisément ce type d’installation de l’Agence internationale de l’énergie pointe du doigt en tant que responsable en grande partie du record d’émissions de gaz à effet de serre en 2010. C’est également contre ce type d’équipement que la Micronésie a intenté une action en justice à l’encontre d’une société tchèque qui veut prolonger la durée d’exploitation d’une centrale thermique. Dans l’immédiat, cette décision va donc augmenter la demande d’énergies fossiles, cela ne sera pas sans conséquence pour La Réunion.


Le nucléaire au cœur de la présidentielle

Depuis son arrivée à l’Élysée, le président de la République a souvent joué les VRP de l’industrie du nucléaire afin de vendre des réacteurs de technologie française à d’autres pays.
C’est également sous le mandat de Nicolas Sarkozy qu’un pas a été franchi dans l’expérimentation d’un nouveau type de réacteur.
L’arrêt du nucléaire en Allemagne a un impact considérable. Cette décision relance un débat essentiel à moins d’un an de la présidentielle. En France, ce sont plus de 70% de la consommation électrique qui sont couverts par l’atome. Nicolas Sarkozy ne pourra pas passer au travers de ce débat. Il devra donner sa position sur l’arrêt ou pas, du nucléaire en France, ce qui entrera en ligne de compte lors de la décision de chaque électeur.


Kanalreunion.com