Energies

“L’autonomie énergétique : rêve ou réalité ?”

Colloque R&D Energie à l’IUT de Saint-Pierre

Sophie Périabe / 8 avril 2011

C’est l’intitulé du colloque organisé hier à l’IUT de Saint-Pierre dans le cadre de la Semaine du Développement Durable. Porté par 4 étudiantes du DUT GEA (Génie des entreprises et des administrations), ce colloque a rassemblé plus de 120 participants autour du thème de l’autonomie énergétique de notre île.

Organisé par 4 étudiantes de l’IUT dans le cadre de leur projet tuteuré, ce colloque est aussi le fruit d’une collaboration efficace entre le Cluster réunionnais du secteur de l’énergie, TEMERGIE, et les partenaires régionaux que sont l’Université de La Réunion et l’IUT, l’ADEME, le Conseil régional et la Ville de Saint-Pierre.
« L’objectif premier est de créer un lien, une journée d’échanges entre les acteurs réunionnais du domaine des énergies renouvelables », explique Anthony Rosa, secrétaire général de TEMERGIE.
Cette journée a été l’occasion d’informer et d’enrichir les professionnels d’une vision globale et concrète sur les dernières innovations, les nouvelles techniques et les solutions mises en œuvre pour contribuer aux objectifs régionaux d’autonomie énergétique 2025-2030 (PRERURE et GERRI).
Energie de la mer, énergie éolienne, biomasse sont autant de thématiques présentées par des entreprises réunionnaises. « On parle beaucoup d’autonomie énergétique, les entreprises réunionnaises se mobilisent et les projets avancent », assure Anthony Rosa.
Les différents acteurs du secteur, collectivités, entreprises, bureaux d’études, etc. ont pu échanger, débattre, et pourquoi pas « donner naissance à de nouveaux partenariats ou projets ».
L’autonomie énergétique ne serait donc pas un mythe, « il faut y arriver, c’est une réalité ».
La biomasse est « un axe fort en plein développement actuellement. Les schémas sont là, les propositions aussi, c’est faisable, et via ce type de journée, on peut travailler ensemble pour y arriver », souligne le secrétaire général de TEMERGIE.
Néanmoins, les porteurs de projets sont parfois confrontés à certaines difficultés. « Dans le secteur du photovoltaïque par exemple, où nous avons eu des nouvelles pas très avantageuses dernièrement », déplore Anthony Rosa.
D’autres manquent de ressources techniques, financières ou foncières, « au-delà de faire connaître les projets, ce type de journée peut aussi être l’occasion pour les entreprises de faire part de leurs besoins ».
Ce n’est qu’en travaillant ensemble et avec l’adhésion de la population que l’autonomie énergétique pourra devenir une réalité d’ici une quinzaine d’années.

SP


Kanalreunion.com