Energies

La construction durable : enjeux, principes généraux

ARER

Témoignages.re / 10 mai 2010

La construction et l’aménagement du territoire sont deux secteurs majeurs pour le développement durable de La Réunion, que ce soit des points de vue économique, social et environnemental.
Du point de vue économique, la construction et l’aménagement du territoire sont des domaines possédant un fort potentiel de création d’emplois et d’activités. Du point de vue social, ils contribuent au développement de lieux de vie répondant aux besoins des Réunionnais. Enfin, au niveau environnemental, ils interagissent directement sur les flux d’énergie, de transport, de matériaux, d’eau et des déchets introduisant l’utilisation de ressources naturelles et des pollutions tout au long du cycle de vie.

L’évolution des référentiels de construction à La Réunion

Depuis plus de dix ans, La Réunion, en rapport avec l’objectif d’autonomie énergétique, a travaillé sur la conception bioclimatique et la performance énergétique des bâtiments. Elle a cherché à élargir le sujet avec la problématique des autres flux environnementaux.

Le label ECODOM fut un des premiers référentiels pour les logements expérimentés dans les Bas de La Réunion et dans les autres DOM. Celui-ci proposait des solutions en termes de protections solaires, d’isolation, de ventilation naturelle, de production d’eau chaude sanitaire et d’efficacité des équipements électriques.
Par la suite, le référentiel PERENE — PERformance ENErgétique des bâtiments à La Réunion — a été développé de manière partenariale par les acteurs réunionnais. Il élargissait le périmètre aux bâtiments tertiaires et tenait compte des microclimats réunionnais en aboutissant à la définition de quatre zones : littoral Est avec altitude <400 mètres, littoral Ouest avec altitude <400 mètres, zone des Hauts de 400 à 800 mètres, zone d’altitude au-delà de 800 mètres.
Par ailleurs, le concept de CASA DD — CASe adaptée au développement durable de La Réunion — a été développé pour élargir la problématique de la construction durable en traitant aussi de la gestion de l’eau et des déchets en plus de la performance thermique et énergétique des logements, selon PERENE.
En 2010, la réglementation thermique et énergétique DOM des bâtiments neufs de logement entre en vigueur et poursuit l’approche en termes de caractéristiques initiée par PERENE même si les objectifs sont parfois moins ambitieux. Cette réglementation dispose aussi des volets relatifs à l’acoustique et à l’aération.

L’ARER, le CAUE, l’ADEME, la DDE, la FRBTP, l’AFPAR et l’Université de La Réunion, avec les collectivités réunionnaises, sont pleinement impliqués et proposent un soutien technique ainsi que des formations sur la Construction Durable.

Bilan des atouts et faiblesses

Ainsi, à partir de ces constats, on peut dresser les atouts et les faiblesses de La Réunion en matière de construction durable.
Du point de vue des atouts : les compétences réunionnaises sont solides, l’expérience est ancienne et partagée, les référentiels pour la performance énergétique et thermique existent et ont été validés par l’expérimentation.
Du point de vue des faiblesses : une mise en œuvre très limitée des référentiels de construction durable avec probablement moins de 1% des permis de construire déposés, une réglementation thermique 2010 ne s’appliquant pas aux bâtiments tertiaires, un traitement insuffisant des questions environnementales autres que l’énergie, en particulier l’eau, les déchets, les matériaux, l’adaptation au changement climatique et les transports.

Le besoin d’outils financiers et fiscaux adaptés

Dans cette perspective, des outils financiers et réglementaires existent et de nouveaux moyens doivent être développés pour soutenir le plan du “100% de constructions adaptées au développement durable de La Réunion”, mais La Réunion peut et doit atteindre cet objectif.
Pour la construction de maisons individuelles par les ménages, l’adaptation de l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) et du crédit d’impôt Développement Durable sur les critères techniques est indispensable : d’un côté, en définissant un bouquet de travaux spécifiques Réunion et, d’un autre côté, des performances spécifiques Réunion pour l’isolation. Ces adaptations sont lancées avec une implication de l’ADEME et de la FRBTP, mais n’ont toujours pas été validées par l’État.
Par ailleurs, la loi de défiscalisation Girardin qui prévoyait un bonus de 4% pour les constructions avec ENR est progressivement remplacée par la loi Scellier qui prévoit un volet vert à partir de 2011 avec des taux de défiscalisation améliorés pour les Bâtiments basse consommation (BBC). Cette disposition à destination des opérations individuelles et collectives nécessite aussi d’être adaptée aux DOM : en effet, le label BBC n’est pas aujourd’hui applicable dans les DOM. L’application du label BBC aux DOM permettrait aussi de bénéficier des dispositions de bonification du Coefficient d’emprise au sol (COS) et d’une défiscalisation bonifiée des intérêts d’emprunts.

Agence Régionale de l’Energie Réunion
Pour le Développement Durable, l’Adaptation au Changement climatique, les Energies Renouvelables et la Maîtrise de l’Energie pour la construction, l’aménagement et le transport durable
www.arer.org , Espace Info Energie, conseils pratiques et gratuits au 0262-257-257


Kanalreunion.com