Energies

La Réunion bien loin de ses innovations

Énergies renouvelables marines

Céline Tabou / 26 juillet 2013

Auparavant encensé pour ses projets en matière d’énergies marines, La Réunion est aujourd’hui l’un des territoires les plus en retard sur la question. Un rapport de la mission d’étude sur les énergies marines renouvelables, publié en mars 2013, explique que ces dernières sont pourtant un « enjeu stratégique ».


À travers 17 propositions, le gouvernement souhaite apporter « une simplification des procédures d’autorisation des projets, une précision et une amélioration des modalités de participation du public et une anticipation du raccordement des futurs parcs ». Trois sujets concernent principalement La Réunion : l’énergie thermique marine, l’énergie hydrolienne et l’énergie des vagues et de la houle (voir encadré).

Pour le gouvernement, les Energies Maritimes Renouvelables (EMR) sont un enjeu stratégique et économique majeur, dans un contexte morose. Le rapport pose la question de « savoir à quel coût global l’électricité sera produite une fois la maturité atteinte, et si elles seront alors compétitives par rapport aux autres énergies décarbonées ». Face aux résultats négatifs pour l’État du photovoltaïque, ce dernier tente de trouver des alternatives permettant de créer des emplois et de rivaliser avec les énergies fossiles.

Un intérêt économique et industriel

« Les EMR font partie des technologies porteuses de fortes espérances », car « les coûts peuvent commencer à être appréhendés » et « la diminution des coûts en fonction de la longueur des séries produites peut être extrapolée assez facilement ». La croissance de la filière houlomotrice, notamment à La Réunion « est susceptible d’être assurée par la maturation de technologies de seconde génération plus performantes et mieux adaptées aux états de la mer », a expliqué le rapport. Il s’agit pour le SER d’exploiter au maximum cette énergie.

De plus, « la mise en œuvre de ces mesures pour accélérer le déploiement de l’éolien en mer, mais également de l’hydrolien, et à moyen terme des technologies houlomotrices et ETM (énergie thermique des mers) marquerait une étape importante en donnant à notre pays les moyens de ses ambitions », a expliqué Jean-Louis BAL, président du SER dans un communiqué de presse, le 22 juillet 2013.

Face à ce contexte, le Syndicat des Energies Renouvelables (SER), rapporteur de la mission interministérielle, a souhaité un « choc de simplification », conformément aux vœux formulés par François Hollande et lors des « États généraux pour la modernisation du droit de l’environnement ». Parmi les mesures majeures pour le SER, la création, à moyen terme, d’une procédure dédiée aux énergies marines dans le code de l’énergie, afin de faciliter les réglementations actuelles.

La Réunion était, dans le passé, le leader en matière d’énergie renouvelable, en appliquant le PRERURE lancé par l’ancienne direction de la Région. Des projets qui ont permis à l’île d’être une « terre d’innovation » et un « exemple pour la France » et le monde entier. Cependant, la nouvelle mandature à la Région Réunion, en charge de cette question, a laissé filer l’ensemble des projets lancés à La Réunion pour le développement des énergies marines renouvelables.

Céline Tabou

Définitions des termes employés

L’énergie thermique des mers est « produite en exploitant la différence de température entre les eaux superficielles à environ 25°C et les eaux profondes des océans (-1.000m) à environ 5°C. L’ETM peut fonctionner à grande échelle dans les zones intertropicales favorables, en base 24h sur 24 toute l’année. Parmi toutes les énergies marines, c’est celle (avec la houle) dont la ressource théorique au plan mondial (en zone tropicale) est la plus élevée ».

L’Énergie hydrolienne est utilisée pour produire de l’électricité, à travers « la vitesse des courants marins issus des marées et des courants océaniques ». Une hydrolienne suit le rythme des courants océaniques, la vitesse et la direction sont généralement constantes.

L’Énergie des vagues et de la houle présente le plus grand potentiel théorique. Pour EDF, « le potentiel qui serait exploitable en l’état actuel de la technique pour la France est en fait de l’ordre de 40 TWh. Il est principalement situé sur la façade Atlantique en raison de vagues, en moyenne, plus importantes ».
Les 17 propositions pour simplifier, préciser et anticiper l’action

- Extension de la dispense d’autorisation d’exploiter à certaines installations marines.

- Suppression de la procédure d’approbation du projet d’ouvrage pour les installations marines utilisant les énergies renouvelables.

- Clarification du régime d’autorisation pour l’utilisation de l’énergie des marées.

- Adoption du régime de l’archéologie préventive en mer.

- Généralisation de la mise en place des "instances d’information et de suivi des projets".

- Consultation du CODERST avant la réalisation de l’enquête publique.

- Maintien du délai de recours des tiers contre les autorisations au titre de la loi sur l’eau dans des proportions raisonnables.

- Création d’une procédure dédiée aux EMR dans le code de l’énergie.

- Précision de la définition, de la portée, du champ et des modalités d’application du principe de participation du public.

- Prévision des modalités selon lesquelles les objectifs en matière d’EMR sont fixés dans la SNML.

- Précision dans le code de l’environnement que le DSF fixe des objectifs quantitatifs et qualitatifs de développement des EMR.

- Adoption des modalités de consultation du public en amont du dépôt des demandes d’autorisation.

- Anticipation et planification du raccordement au réseau des projets.

- Permission du passage de canalisations privées dans les espaces remarquables pour les projets de production d’énergie marine.

- Précision du périmètre de l’exemption des formalités au titre du Code de l’urbanisme pour la partie terrestre du raccordement des parcs.

- Réduction de la durée nécessaire à l’obtention de l’autorisation de raccordement.

- Permission de la constitution de droits réels sur le domaine public naturel.


Kanalreunion.com