Energies

La Réunion laboratoire des énergies nouvelles

Un communiqué de l’Agence régionale de l’énergie Réunion (ARER)

Témoignages.re / 23 janvier 2010

Venu défendre et présenter le projet national GERRI (Grenelle de l’environnement à La Réunion réussir l’innovation) lors de sa visite à La Réunion mardi 19 janvier, le chef de l’État a insisté sur deux enjeux technologiques majeurs que La Réunion expérimentera « en grandeur nature » : les véhicules électriques et l’océanothermie.

Saint Pierre de La Réunion, le 19 janvier 2010 : Nicolas Sarkozy, accompagné de ministres et de grands chefs d’entreprises (EDF, DCNS, Renault, GH...) est venu inaugurer la ferme photovoltaïque agri solaire AKUO de Pierrefonds et en a profité pour présenter les grandes lignes du projet pour une Île de La Réunion 100% « décarbonnée » en 2030.

La Réunion terre d’excellence pour les énergies renouvelables

« En matière d’énergies renouvelables et de réduction des émissions, c’est La Réunion qui va montrer le chemin et c’est La Réunion qui va devenir une référence pour la France et une référence dans le monde ! », a déclaré Nicolas Sarkozy.

Depuis 10 ans et grâce aux efforts entrepris par les collectivités locales et le président de Région Paul Vergès, La Réunion est devenue une terre d’excellence en matière de maîtrise de l’énergie et d’énergies renouvelables avec 37% d’électricité propre renouvelable contre 12% en France métropolitaine, cependant le chef de l’État estime que La Réunion a « les moyens de voir plus loin et de viser plus haut ».

Il a évoqué le programme national GERRI, qui vise à faire de La Réunion le premier territoire autonome en matière énergétique à horizon 2030 alors que la facture de ses importations en ce domaine atteint 500 millions d’euros par an.

La Réunion, lieu de démonstration de l’océanothermie

Nicolas Sarkozy a également fortement insisté sur le rôle précurseur que devra mener La Réunion en matière d’océanothermie, c’est à dire de production d’électricité via l’Energie thermique des mers (ETM) et de production de froid et de climatisation marine (SWAC pour Sea Water Air Conditionning).

Accompagné de M. Boissier, PDG de DCNS, 1er constructeur naval militaire européen, il a désigné La Réunion comme lieu de démonstration de l’Energie thermique des mers (ETM).

Il a souligne que ce projet de démonstration technologique Réunionnais pourrait amener « une révolution potentiellement mondiale » en terme de production d’électricité renouvelable de masse en zone tropicale, grâce au différentiel de température entre l’eau froide du fonds des océans à moins de 50°C et l’eau tropicale de surface à pus de 25°C. Cela signifie que ce projet porté par DCNS à La Réunion serait prioritaire sur le grand emprunt national : “Ce sont des priorités d’investissement dans le cadre du grand emprunt national”.

Le co financement d’une centrale pilote ETM à La Réunion via le grand emprunt concrétiserait les études dores et déjà lancés depuis début 2009 à La Réunion (budget gobal 7,7 millions d’euros), financées par DCNS, l’État (Plan de relance) et La Région Réunion, projet accompagné par l’Agence régionale de l’énergie Réunion auprès des acteurs locaux.

Enfin, en matière d’océanothermie, le chef de l’État a salué le projet SWAC de climatisation marine urbain par l’eau froide profonde pour les villes de Saint-Denis et Sainte-Marie, projet en cours d’Étude par ces collectivités et soutenu par GERRI. Ce projet serait une première mondiale en terme d’extension du réseau d’eau froide marine en site urbain.

La Réunion, laboratoire grandeur nature des véhicules électriques

Outre DCNS, de nombreux chefs d’entreprise (EDF, Genera Electric, Groupe Hayot, Renault, TOTAL) accompagnaient le président, en particulier pour la signature d’une déclaration d’intention autour du projet VERT (Véhicules électriques pour une Réunion technologique) : « Dès 2011, les premiers véhicules électriques sortiront des chaînes de Renault », a précisé le chef de l’État.

L’île « sera la première utilisatrice de masse de ces véhicules électriques, grâce au financement de l’emprunt national, mais aussi en mobilisant les centres commerciaux, les collectivités, les distributeurs d’électricité et de carburant », a t il souligné.

« Il faut lancer dès maintenant la construction d’une infrastructure de rechargement performante » à cette fin, a ajouté M. Sarkozy, qui a dit avoir demandé à la secrétaire d’État à Écologie Chantal Jouanno et au préfet Pierre Henry Maccioni « de coordonner activement les efforts et l’appui des financements nationaux ».

La valorisation des énergies intermittentes, le stockage, les transports en commun : stagnation ?

Il est à noter, cependant, qu’aucune annonce n’a été faite quant à une revalorisation pour les DOMs du tarif d’achat du photovoltaïque et des énergies de la mer, alors qu’une revalorisation de 20% avait été mentionnée le 6 décembre dernier lors du Conseil interministériel de l’Outre-mer.

Les tarifs du photovoltaïque prévus pour les DOM dans l’arrêté du 13 janvier 2010 sont au contraire à la baisse.
Il est à noter que le chef de l’État n’a pas mentionné ni ratifié les dix mesures défendues par GERRI d’expérimentations spécifiques à notre territoire pour le développement des énergies renouvelables et de la maîtrise de l’Énergie.

En particulier aucune annonce n’a été faite quant aux mesures spécifiques nécessaires dans nos îles pour une intégration ambitieuse des énergies intermittentes tel que le photovoltaïque : tant qu’aucun tarif d’achat de l’électricité STOCKÉE ne sera défini pour les DOM, c’est toute une filière créatrice d’empois qui risque de s’effondrer. En effet la liste d’attente EDF des projets PV est dores et déjà saturée par rapport à ce que peut recevoir le réseau électrique.

De même, lancer un projet de véhicules électriques à grande échelle sur un territoire où l’électricité est encore fortement carbonée (50% des électrons sont produits par le charbon) nécessitera que des moyens soient offerts aux particuliers en terme de recharge véhicule via de l’électricité solaire stockée à domicile, et donc de tarif d’électricité stockée, ou sinon les recharges véhicules électriques à domicile sur le réseau rendront le bilan environnemental du projet VERT plus mauvais que celui des véhicules fossiles actuels.

La maîtrise des transports est une priorité avant l’arrivée massive de véhicules électriques dans un mix électrique encore trop fortement carboné : le développement des transports en commun tel que le tram train ou une extension de réseau des bus sont de réelles priorités évidentes de développement durable qui n’ont pas du tout été évoquées.

Le président Sarkozy a finalement conclu son intervention en disant que La Réunion a plus à apporter à la France que la France a à apporter à La Réunion. Les travaux passés réalisés par les collectivités de La Réunion avec en tête La Région et le président Vergès ont été et sont encore sans doute les précurseurs de cette révolution énergétique en marche à La Réunion que l’État via GERRI souhaite désormais concrétiser.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • N’oublions pas notre île "petite soeur" de Mayotte qui pourrait aussi recevoir une unité ETM, tout comme les autres îles des Comores et aussi Madagascar progessivement dans quelques années si on se débrouille bien, en collaborant intelligement et activement avec d’autres pays européens et aussi ceux d’Afrique Australe et bien aussi ceux du golfe persique qui pourraient nous fournir les financements (IRENA à Masdar peut transférer l’argent du pétrole sur ces projets énergetiques innivant) et les materiaux necessaires à la confection des gros et longs tuyaux : soyons pragmatiques, il nous reste beaucoup , beaucoup de travail avant que ces rêves ne se réalisent...Et nos amis hawaiens ont pris une bonne longueur d’avance...
    Voir le projet "Hydricité et Oceanothermie" présenté au forum des auditeurs de l’IHEDN en novembre 2007

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • DESCRIPTION PROCEDE DE PRODUCTION DE L ELECTRICITE
    ENERGIES RENOUVELABLES
    Mes recherches dans le domaine des énergies renouvelables m’ont permis d’inventer un nouveau procédé de production de l’électricité qui sera plus rentable que les procédés actuels thermiques et nucléaires à la vue de leurs coûts de construction excessifs, de l’utilisation du carburant ou de l’uranium polluants et dangereux,
    Le nouveau procédé "ROTAL" permet de produire l’électricité sans l’utilisation du carburant liquide ou gaz , le principe de base de cette technologie repose sur un ensemble
    D’éléments électromagnétiques existants formant une turbine autonome ;
    Une fois le démarrage coupé cette « turbine »continuera a tourner et a produire une partie de l’énergie qui lui servira pour sa rotation « perpétuelle » entraînant ainsi L’alternateur qui servira pour la production de l’électricité selon la tension voulue

    La technologie de fabrication élémentaire , la rend facilement réalisable,
    un générateur conçu selon le procédé "ROTAL" permettra de réaliser des centrales électriques
    toute tensions qui fonctionneraient sans carburant et pourraient êtres implantés à la périphéries des villes , contrairement aux centrales actuelles qui doivent êtres elles implantés plus loin ,
    Ce procédé équipera , les voitures , trains , métros , bateaux , avions etc. ... qui rouleraient à l’électricité , sans pollution , sans réseau électrique longeant les voies de chemin de fer et de métro et sans charge de batteries ainsi que beaucoup d’avantages que je ne peu citer dans ce contact En somme une opportunité de projets d’avenir ( de l’après pétrole) qui se caractérisera par la : ,

    - réalisation industrielle de centrales électriques pour éclairage urbain
    - réalisation industrielle de générateurs électriques pour voitures
    - réalisation industrielle générateurs électrique pour trains
    - réalisation industrielle de générateurs électrique pour bateaux

    Ainsi que d’autres utilisation de ce procédé que je ne peu citer dans cet émail
    J’ose espérer vous avoir donné un aperçu sur les différentes utilisations de ce procédé révolutionnaire en matière des énergies nouvelles.

    La demande de brevet d’invention a été déposée en 2002 , en 2004 j’ai obtenu un brevet d’invention

    mahmoudfritis@yahoo.fr tel : 00 213 7 92 58 40 76

    mahmoudfritis@yahoo.fr tel : 00 213 7 92 58 40 76

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com