Energies

Le recyclage des chauffe-eau solaires à La Réunion

ARER

Témoignages.re / 5 octobre 2009

La problématique de gérer durablement tous les appareils importés sur l’île de La Réunion concerne également les appareils qui participent à la maîtrise de l’énergie, tels les chauffe-eau solaires.

Selon l’édition 2008 de l’“Etat de l’énergie solaire à La Réunion”, réalisée par l’Observatoire de l’Energie Réunion (OER), le parc réunionnais de chauffe-eau solaires comptait fin 2006 environ 75.000 installations.
Environ 10.000 installations sont réalisées chaque année, démontrant ainsi l’intérêt des Réunionnais pour la maîtrise de l’énergie.

L’arrivée de la nouvelle Réglementation Thermique DOM du 17 Avril 2009 imposera dès le 1er mai 2010 la mise en place d’un chauffe-eau solaire pour tous les bâtiments d’habitation, ce qui augmentera la part de chauffe-eau solaire à installer et donc à recycler.

La durée de vie d’un chauffe-eau solaire individuel se situe aux alentours de 15 à 20 ans. Il faut prendre en considération, et ce, dès aujourd’hui, que les installations du début des années 90 arrivent en fin de vie.

Ainsi, l’Agence Régionale de l’Energie Réunion (ARER) a mené en 2007 une première étude concernant la filière de revalorisation et de recyclage des chauffe-eau solaires. Il en ressort une quantité de matériaux composant le chauffe-eau solaire et différents scenarii de recyclage.

A ce titre, une opération test de démantèlement a été réalisée par l’entreprise RVE (basée à Saint-André). Un premier devis hors prix du transport évalue le coût de démantèlement du chauffe-eau solaire aux alentours de 155 euros. Ce qui correspond à un coût supplémentaire à assumer par le particulier. A ce jour, les professionnels du solaire n’ont pas l’obligation de récupérer les chauffe-eau solaire individuels usagés.

Afin de minimiser les coûts pour les professionnels du solaire et les particuliers, il faudrait, dans un premier temps, intégrer les chauffe-eau solaires munis d’une résistance électrique dans la filière D3E ou DEEE (Déchets d’Equipements Electroniques et Electroménagers).
En collaboration avec le Syndicat de l’Importation et du Commerce à La Réunion (SICR), une demande a été effectuée auprès d’Ecosystème afin d’inclure les chauffe-eau solaires dans la filière D3E.
Ecosystème a ainsi classé les chauffe-eau solaires munis d’une résistance électrique dans les D3E de catégorie 1, ce qui correspond à une éco-taxe de 3,34 euros HT à ajouter au prix des CES. Le CES serait complètement pris en charge et intégré dans la filière D3E.

Cette filière de recyclage constituerait une première étape pour le recyclage des chauffe-eau solaires.
L’objectif pour 2009 est de montrer aux professionnels du solaire l’intérêt de leur adhésion à Ecosytème, et de valider l’intégration des chauffe-eau solaires munis d’une résistance électrique dans la filière D3E.

Agence Régionale de l’Energie Réunion
Pour le Développement Durable, l’Adaptation au Changement climatique, les Energies Renouvelables et la Maîtrise de l’Energie pour la construction, l’aménagement et le transport durable
arer@arer.org , Espace Info Energie, conseils pratiques et gratuits au 0262-257-257


Kanalreunion.com