Energies

Partout dans le monde, recours accru aux énergies inépuisables … Partout sauf à La Réunion !

De nouveaux progrès chaque jour

Témoignages.re / 7 juin 2012

Dans trois jours sera inaugurée la plus grande centrale photovoltaïque jamais construite au monde.

Dimanche 10 juin, à Ouarzazate (Maroc), la plus grande centrale photovoltaïque jamais construite au monde (500 MW) sera lancée. Symbole de ce recours aux technologies utilisant les énergies renouvelables, l’avion Solar Impulse aura atterri la veille, 9 juin, à Ouarzazate. Les moteurs de cet avion — de l’envergure d’un Airbus A380 — fonctionnent, de jour comme de nuit, exclusivement grâce à l’énergie solaire.

Le Maroc, par l’exploitation de l’ensoleillement de ses immenses régions désertiques ou semi-désertiques, envisage de produire — sur le seul site de Ouarzazate — 1.150 GW/an.

D’ici 2020, en 8 ans, le Maroc disposera d’une puissance installée de 2.000 MW.

Ce projet permettra de :
Réduire la dépendance énergétique du Royaume (actuellement le Maroc dépend à 95% du pétrole pour ses besoins énergétiques),
Valoriser une ressource nationale : le Maroc bénéficie d’un taux d’ensoleillement très important, le projet permettra d’assurer que la valorisation de la ressource solaire sera maîtrisée au niveau national et ainsi de faire bénéficier les populations des retombées économiques,
Créer un avantage compétitif énergétique sur le long terme,
Réduire les gaz à effet de serre : le Plan Solaire Marocain permettra d’éviter l’émission de 3,7 millions de tonnes de CO2. Ce premier parc solaire permettra d’économiser 1 million de tonnes de CO2 par an.

Commentaire

Dans le cadre institutionnel d’une monarchie à forte tendance absolutiste, les élites marocaines pensent à l’avenir. Le coût de cette première tranche est de 930 millions de dollars.

Dans le cadre d’une attitude d’assistés permanents, l’actuelle Région-Réunion tourne le dos à tout ce qui avait été mis en place, depuis 1998 par l’équipe précédente, pour faire face à la raréfaction et l’enchérissement constant de la ressource pétrolière. Les crédits gouvernementaux ne cessent de diminuer, mais la Région n’en a cure : vivons sans penser à demain.

L’Insee-Réunion établit qu’en 2011, la hausse des prix de l’énergie et des services a contribué — à parts égales — à 72% de l’augmentation totale des prix.

Chaque année, ce sont environ 750 millions de dollars (600 millions d’euros), qui sortent du budget de La Réunion (2011) pour acheter 1.217.000 tonnes d’équivalent pétrole. Et chaque année la facture augmente et ne cessera d’augmenter pour le plus grand dommage de notre industrie et du pouvoir d’achat des Réunionnais.

Cherchez l’erreur.

Beaucoup d’esbroufe coûteuse (oups pardon ! aujourd’hui on dit "la com"), aucun projet d’avenir, l’enlisement, la régression et le gaspillage des deniers publics. Telle est la (mauvaise) gouvernance de notre despote si peu et mal éclairé. (On parle bien de La Réunion !)

Aimé Habib 


Kanalreunion.com