Energies

Photovoltaïque et éolien : EDF relève le quota qu’elle impose à La Réunion

Il est possible d’intégrer plus d’énergies renouvelables dans le réseau électrique réunionnais

Témoignages.re / 1er février 2016

Dans un communiqué, EDF annonce qu’une barrière au développement des énergies renouvelables à La Réunion vient de tomber. Jusqu’à présent, Electricité de France bloquait à 30 % la proportion dans le réseau de l’électricité produite par les centrales photovoltaïques et les éoliennes. Désormais, ce taux monte à 32 % grâce à une seule batterie d’une capacité de 1MW. D’autres batteries sont en cours d’installation pour faire monter ce seuil. Cela confirme que l’orientation définie avant 2010 par la Région était juste. Le soleil et le vent peuvent contribuer significativement à l’autonomie énergétique de La Réunion, l’intégration ne dépend que du déploiement de technologies déjà existantes. Voici le communiqué d’EDF.

JPEG - 64.2 ko

« A l’occasion de sa venue à La Réunion, Jean-Bernard Lévy, PDG du groupe EDF, a annoncé la possibilité pour l’île d’atteindre désormais un taux d’énergies intermittentes instantané de 32 %, grâce au stockage EDF d’1 MW situé à Saint-André.

Ce dépassement du seuil de sécurité fixé à 30 % pour les systèmes électriques non interconnectés, constitue une première en France et ouvre la voie pour les autres régions insulaires.

Ce progrès est permis par les performances de la batterie EDF de Saint-André, l’un plus gros stockages d’énergie en service industriel en Europe. De technologie sodium-soufre (NaS), elle a d’abord été développée à titre expérimental et est aujourd’hui pleinement opérationnelle. Elle permet aux équipes qui gèrent le système électrique de corriger les écarts et les chutes brutales des productions des parcs photovoltaïques et éoliens, qui peuvent mettre en risque la stabilité d’alimentation du territoire.

En repoussant la limite de sécurité à 32 %, EDF peut d’ores et déjà réduire le nombre de déconnexions de producteurs photovoltaïques et éoliens qu’elle est contrainte d’effectuer (67 fois en 2015). En 2016, le nombre de jours de déconnexion sera divisé par 3, et l’énergie perdue pour le système par 5, ramenant le taux de perte à moins de 0,1 % de la production photovoltaïque actuelle de La Réunion.

Pour continuer de progresser, et viser le palier de 35 % inscrit pour 2018 dans le projet de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) de La Réunion, EDF prépare l’implantation, avec d’autres industriels, d’un parc de batteries de forte capacité (5 MW). La solution étudiée, dont le site reste à définir, utilisera des technologies complémentaires. Elle nécessitera une adaptation du système électrique, avec une intelligence artificielle spécifique.

Ces différentes initiatives développées par EDF contribuent à positionner l’île de La Réunion comme un territoire d’excellence pour la transition énergétique.

Elles s’inscrivent pleinement dans la stratégie CAP 2030 portée par le Groupe qui vise à accélérer le développement des énergies renouvelables, en investissant et en innovant dans le stockage, domaine-clé pour renforcer la part des énergies intermittentes tout en garantissant la sécurité de l’approvisionnement électrique. »


Kanalreunion.com