Energies

Prix des carburants : un répit dans l’inflation

Pas d’augmentation du gaz et légère baisse des carburants

Manuel Marchal / 30 octobre 2010

Depuis ce matin, les prix du super et du gazole ont respectivement diminué de 4 et 2 centimes, et le prix de la bouteille de gaz reste inchangé à 19,10 euros la bouteille. La raison de cette accalmie sur le front de l’inflation est une dépréciation du dollar par rapport à l’euro.

Dans un communiqué diffusé hier, la Préfecture a annoncé les nouveaux prix des produits pétroliers.
Si le prix de la bouteille de gaz reste inchangé, ceux du super et du gazole diminuent. 4 centimes de moins pour le litre de super, soit 1,38 euro depuis ce matin, et 2 centimes de moins pour le litre de gazole, soit 1,05 euro. Les carburants détaxés voient aussi leur prix baisser, entre 1 et 3 centimes par litre.
Cette baisse est la conséquence d’une « bonne orientation du marché pétrolier déjà constatée le mois dernier » selon la Préfecture.
Cette « bonne orientation » se caractérise par une stabilité des cours du pétrole brut, et par une dépréciation du dollar face à l’euro. Si cette situation pénalise les exportateurs européens, elle a aussi pour conséquence de diminuer le prix en euro du baril de pétrole.
Cette décision est donc un répit dans l’inflation. Rappelons en effet qu’au lendemain des défilés du 5 mars 2009 qui avaient rassemblé des dizaines de milliers de Réunionnais autour des revendications du COSPAR, le représentant de l’État avait dû fixer le prix du litre de gazole à 0,93 euro, celui du litre de super à 1,20 euro. Quant à la bouteille de gaz, son prix diminuait de 3 euros pour descendre à 20 euros. Tous ces prix étaient maintenus en l’état jusqu’au mois de septembre 2009. Puis la série de hausses décidée à partir de cette date allait faire renouer La Réunion avec une sévère inflation.
En effet, toutes les marchandises vendues dans les magasins sont transportées par des véhicules fonctionnant avec des produits pétroliers. Cela concerne notamment tous les produits de première nécessité. En conséquence, c’est au consommateur de devoir encaisser au final toutes les hausses des prix des carburants qui sont répercutées par les différents intermédiaires.
Se pose alors la question de savoir si cette baisse du prix des carburants va être traduite par une baisse des prix des marchandises vendues dans les réseaux de la distribution.
L’autre interrogation concerne la durée de cette accalmie. Le prix du pétrole est en effet le résultat de facteurs structurels et conjoncturels. La hausse de la demande est un facteur qui va persister, et qui va donc pousser à la hausse du produit brut. À chaque hausse, les compagnies pétrolières mettent la pression pour préserver leurs marges, et donc faire payer les consommateurs. Mais dans le contexte de crise actuel, toute hausse des prix a des conséquences désastreuses, car le pouvoir d’achat baisse à cause de l’aggravation de la pénurie d’emploi.
Les Réunionnais sont donc pour le moment contraints de subir les variations du prix d’un produit de plus en plus rare, et dont le prix de base est fixé bien loin d’ici. C’est une des manifestations de l’impasse dans laquelle un modèle à bout de souffle conduit La Réunion (voir notre dossier en page 8 et 9).

M.M. 


Les prix changent aujourd’hui

Voici les prix des produits pétroliers fixés par arrêté préfectoral.

Ancien prix Nouveau prix au 30 octobre
Super carburant 1,42 euro 1,38 euro
Gazole 1,07 euro 1,05 euro
Fioul domestique 0,71 euro 0,69 euro
Pétrole lampant 0,71 euro 0,69 euro
Super pêche 0,69 euro 0,66 euro
Gazole pêche 0,67 euro 0,66 euro
Gaz 19,10 euro/btle 19,10 euro/btle


Kanalreunion.com