Energies

Une formation de l’ARER sur les énergies renouvelables de la mer

Vers l’autonomie énergétique

Témoignages.re / 20 novembre 2009

Jusqu’à aujourd’hui se tient une formation sur le montage d’un projet "Energie marine". Autour de notre île, l’océan est une source d’énergie inépuisable pour La Réunion.

A l’approche du Sommet de Copenhague, l’ensemble des acteurs économiques et politiques a le regard tourné vers l’avenir et les défis qui s’imposent à nos sociétés modernes.
Le changement climatique doit induire à court terme une modification structurelle de nos modes de production, de nos modes de vie...
Afin de préparer ces changements, favoriser la compréhension des enjeux et des technologies qui permettront aux activités humaines de mieux respecter leur environnement, la formation à ces thématiques est une activité primordiale.

L’ARER joue un rôle d’accompagnement et d’acceptabilité incontournable auprès des maîtres d’ouvrage, porteurs de ces projets d’énergie de la mer. Pour un bon déroulement et un montage de projet bien mené, une concertation entre acteurs locaux, nationaux et internationaux est incontournable. C’est pourquoi I’ARER se place au côté des maîtres d’ouvrage, de la Région Réunion et des acteurs locaux et internationaux sur les volets essentiels d’acceptabilité, de concertation et d’intégration pertinentes de projets de développement énergétique de La Réunion.

L’ARER est devenue en 2004 organisme de formation sur ces thématiques, et a formé plus de 300 personnes sur des thématiques aussi variées que la maîtrise de l’énergie dans les collectivités, la nouvelle règlementation thermique DOM...
Cette année, I’ARER a obtenu l’agrément du Ministère de l’Intérieur pour former les élus locaux, se dotant d’un outil supplémentaire pour accompagner le projet d’autonomie énergétique à l’horizon 2030.
Ainsi, l’ARER est un outil. au cœur du développement durable de la Réunion.
En 2009, plusieurs études et projets ont vu le jour dans une perspective de développement des énergies marines à La Réunion. A titre d’exemple, la convention entre la Région Réunion et DCNS pour la mise en œuvre d’études de faisabilité d’un projet d’énergie thermique des mers, ou encore la publication du Schéma Régional des Energies de la Mer (SREMER) qui évalue les technologies existantes et les sites potentiels d’énergies de la mer pour atteindre l’autosuffisance énergétique à La Réunion.
C’est donc naturellement que la formation “Monter et gérer un projet énergies renouvelables marines” a été mise en place, en collaboration avec l’Ecole centrale de Nantes, afin de soutenir le développement de la filière “Energie de la Mer” à La Réunion.
Cette formation, qui se tient le 19 et 20 novembre au “Grand Hôtel du Lagon” de l’Ermitage, réunit 15 professionnels d’horizons divers tels que des bureaux d’études, des collectivités, et leur propose un regard d’ensemble sur le développement d’un projet Energie Marine, en s’inspirant de retours d’expériences du terrain.


Partenariat avec l’École centrale de Nantes

L’île de La Réunion est en passe de devenir une terre d’expérimentation pour les énergies de demain et en particulier les énergies marines. De nombreux projets d’énergies marines sont actuellement en cours de montage ou d’étude sur notre île, avec d’ores et déjà l’implication forte d’industriels : climatisation marine urbaine, énergie thermique des mers, énergies de la houle.
Aujourd’hui, l’École Centrale de Nantes (EcN) est l’un des spécialistes français
dans le montage des projets de récupération des énergies marines, avec notamment la mise en place d’un centre d’essais (projet SEMREV) au large du Croisic (Pays de la Loire).
C’est dans le cadre d’un partenariat avec l’EcN que l’ARER propose la formation “Montage de projets énergies renouvelables marines” les 19 et 20 novembre à l’hôtel “Le Grand Hôtel du Lagon” situé à Saint-Gilles, à l’Ermitage.
L’objectif de cette formation est de préparer les participants au montage de projets impliquant les nouvelles technologies de l’énergie exploitant les énergies renouvelables marines.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • DCNS présente un projet de réorganisation 17/11/2009

    "Au printemps dernier, le groupe naval a lancé un important processus devant aboutir à sa réorganisation. L’objectif de cette évolution est de permettre à DCNS de faire face à un marché français en réduction progressive, en se développant notamment à l’export. Cet effort à l’international, dans un contexte de concurrence toujours plus vive, nécessite, selon la direction, d’améliorer les performances et la compétitivité du groupe.
    Le projet présenté par la direction prévoit la création d’un « incubateur ». Celui-ci serait dédié aux activités futures, notamment dans le domaine des énergies marines (éoliennes flottantes, énergie thermique des mers...). L’Incubateur aura pour objectif de mener des travaux de recherche et de développement sur ces sujets puis, lorsque les technologies seront matures et économiquement viables, se transformerait en Business Unit.

    16 novembre 2009 21:26:22
    Gradients "surface-thermocline" du Xe, Li6,et isotopes lourds de l’hydrogène

    A l’attention de Mme Héléne LEAU,
    Responsable du Departement Océanographie Institut Polaire.

    Bonjour

    Hier , dimanche 15, à l’occasion de la visite à quai du Marion Dufresne, votre vaisseau oceanographique, j’ai rencontré l’équipe scientifique à propos de vos sondes profondes, ainsi que Mr le Préfet desTAAF lequel m’a donné vos coordonnées.

    A l’occasion de l’arrivée prochaine d’un démonstateur ETM de DCNS, ici, de 1,5 MW( Les americains avec LOCKED MARTIN 1er constructeur naval militaire en sont à un prjet off shore de 100 MW) nous aimerions connaître (avec l’ARVAM dirigée par Jean Pascal QUOD) les gradients de teneurs en xénon, lithium et deutérium entre la surface et la thermocline (-1000m 4° c), sans préjuger des capacités à pouvoir les extraire ultérieurement...

    Mais ne vaut- il pas mieux être producteur d’énergies propres que consommateur d’énergies sales ? Sachez que le CYROI basé à la Technopole de Ste CLOTILDE posséde un spectrométre de masse...

    Cette recherche pourrait nous permettre d’evaluer les modalités d’extraction (sans CO2 émis par ETM) des atomes de l’énergie propre :

    Notez que la valeur marchande du Lithium à décuplé entre 2003 et 2009,

    Que le Xenon est le seul gaz anesthesique mono atomique...

    Quant au Deuterium...., l’eau lourde : il y en aurait plein au fond des mers :
    cf les projets français et européens ITER à Cadarache, et HIPER à Bordeaux...

    Bref de quoi offrir à nos petites îles une belle chrysalide énergétique...des richesses et des emplois futurs .

    Bien à vous, avec mes respects

    Dr Claude GINDREY
    Chargé de Mission "Métamorphose Energétique "
    Direction Générale de la Santé

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com