Environnement

7e Forum mondial de l’eau ouvert en Corée du Sud

La pénurie à l’ordre du jour

Témoignages.re / 14 avril 2015

Le Forum mondial de l’eau (FME) qui a lieu du 12 au 17 avril à Daegu et Gyeongju, dans le sud-est de la Corée du Sud, où des dirigeants et activistes du monde entier se réunissent pour discuter de la pénurie d’eau et d’autres sujets environnementaux.

Lancé en 1997, le FME se déroule tous les trois ans, et est considérée comme une plate-forme d’échanges pour des dirigeants, experts et responsables de sociétés et activistes, couvrant les aspects politiques et technologiques des questions liées à la pénurie d’eau.

Agir pour préserver les ressources en eau

Près de 1.800 personnalités politiques, chefs d’entreprise et activistes de 170 pays débattent autour du thème de l’« Eau pour notre futur ». Il y est également question de droit d’accès à la ressource hydrique et d’équité dans la façon de la répartir. D’autant plus que près de 2,6 millions de personnes meurent chaque année de maladies liées à l’eau. L’accès à l’eau potable pour l’ensemble de l’humanité est une urgence.

Denrée de plus en plus rare, l’eau est devenue un enjeu majeur pour la Planète. Le 11 avril, l’agence de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour l’alimentation et l’agriculture (la FAO), l’Unesco, la Banque mondiale, le Fonds pour l’environnement mondial et l’Association internationale des hydrogéologues ont appelé « la communauté internationale à agir d’urgence pour empêcher la dégradation et l’épuisement des ressources en eaux souterraines ». Ces organisations ont annoncé qu’elles présenteront leur « diagnostic global » et un cadre d’action pour 2030.

D’ailleurs, de nombreuses organisations et institutions souhaitent intégrer la question de l’eau dans les négociations lors de la Conférence de Paris sur le climat, en décembre. De plus, ces dernières espèrent que la préservation et la distribution de la ressource hydrique obtiendront une place de choix lors de la prochaine assemblée générale de l’ONU, à New York, en septembre. En effet, les Nations unies doivent adopter, lors de cette AG, un nouvel agenda en faveur d’un avenir durable qui succédera pour les 15 prochaines années aux actuels Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

Des défis importants attendus à Paris

Lundi 13 avril, les dirigeants participant au Forum se sont engagés à « combattre ensemble les problèmes liés à l’eau ». Dans un communiqué de presse, retranscrit par l’agence de presse japonaise Yonhapnews, les ministres et chefs de délégation de plus de 100 pays « ont adopté une déclaration ministérielle pour une coopération dans le secteur de l’eau au niveau international ».

Ces derniers ont tenu à réaffirmer que « l’eau est au cœur du développement durable » et « (nous) soutenons l’adoption d’un objectif spécifique sur l’eau et de buts liés à l’eau dans le Programme de développement de l’après 2015 ». Ainsi, les ministres et chefs de délégation se sont dits « déterminés à travailler ensemble pour que la 21e session de la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (de décembre 2015 à Paris) ait un résultat positif ».

Les participants ont par ailleurs mis en exergue la nécessité des nouvelles technologies et du partage d’information dans la lutte contre les problèmes environnementaux, « pour une gestion intelligente de l’eau. »

SaiLin


Kanalreunion.com