Environnement

À quand une gestion de l’eau ?

Après les fortes pluies

Témoignages.re / 30 mars 2012

Pendant quelques jours, notre île a reçu une quantité considérable d’eau. Cela montre que la ressource est là, et qu’en adaptant la gestion de l’eau, nous pourrons éviter les pénuries liées à la sécheresse.

Hier après-midi, dans son bulletin de situation relatif à la vigilance fortes pluies, Météo France a donné le cumul des précipitations depuis mardi :

- dans l’Est : 969mm à Takamaka et 677mm à Saint-Benoît,

- dans le Sud-Est : 382mm au Baril et 97mm à Saint-Joseph,

- dans le Sud : 281mm à La Plaine des Cafres et 78mm à Pierrefonds,

- dans l’Ouest : 131mm à Bois de Nèfles Saint-Paul et 96mm à Mascarin Colimaçons,

- dans le Nord : 650mm à La Plaine des Fougères et 356mm à Gillot,

- dans les Cirques : 710mm à Salazie et 323mm à Cilaos.

Cet épisode pluvieux montre que l’eau peut arriver en abondance. Mais se pose la question de la valorisation de cette ressource. Car une grande partie de ce précieux liquide ne va faire que passer à La Réunion, elle va finir dans la mer parce que notre pays ne dispose pas de retenues collinaires suffisantes pour stocker l’eau des périodes d’abondance et la redistribuer durant les longues semaines de sécheresse.
Ce sont des choix opposés à une gestion de l’eau qui ont été privilégiés.
Depuis le début de ces pluies, il est donc tombé près d’un mètre d’eau dans les Hauts de l’Est. Une grande partie de cette eau va retourner directement dans la mer en ayant eu une seule utilisation : faire tourner la turbine d’une centrale électrique à quelques mètres au-dessus du niveau de la mer à Sainte-Rose.
Quand la sécheresse recommencera à sévir, alors recommenceront à peser les conséquences des choix inadaptés qui ont été imposés aux Réunionnais.


Kanalreunion.com