Environnement

Blanchissement des coraux : répercussions sur la pêche et l’érosion des plages

Coup de projecteur sur un phénomène qui touche La Réunion

Manuel Marchal / 26 mai 2016

Cette semaine se tient sur le Marion Dufresne le Comité national de l’IFRECOR, Initiative française sur les récifs coralliens. Cette rencontre réunit des représentants des ministères, des ONG et des institutions scientifiques. Le phénomène de dégradation des coraux le plus connu est celui du blanchissement. Jean-Benoît Nicet, scientifique spécialiste de cette question, apporte son éclairage sur un phénomène qui touche La Réunion.

JPEG - 69.3 ko
Jean-Benoît Nicet.

Le blanchissement des coraux est-il une conséquence directe du changement climatique ?

Jean-Benoît Nicet : Le phénomène de blanchissement est lié à une augmentation anormale de la température de l’eau. C’est notamment le cas avec El Niño. La température idéale pour les récifs coralliens se situe entre 24 et 30 degrés. Si au cours d’une anomalie climatique, la température dépasse 30 degrés de manière durable, alors on assiste à l’expulsion des algues situées à l’intérieur des coraux. Si cette température se maintient au-delà de 30 degrés, alors les coraux meurent. Cette algue fait la photosynthèse, et apporte de la nourriture au corail.

On remarque une fréquence plus importante de ces épisodes de blanchissement. La projection pour 2050, ce sera un tous les trois ans.

Les coraux peuvent-ils s’adapter ?

Tout dépend de ce que l’on souhaite. Si l’on veut maintenir les récifs coralliens tels que nous les connaissons, alors il faut agir.

Quel est l’état de santé des récifs coralliens à La Réunion ?

Le blanchissement touche environ 30 % des coraux. C’est moins qu’à Mayotte. La Réunion est moins touchée à cause de sa latitude. Elle est plus éloignée de l’équateur, donc la température de l’océan est moins élevée.

Les récifs les plus atteints sont ceux de Saint-Leu et de Saint-Gilles. Après un épisode de blanchissement, il faut 10 ans pour qu’un récif retrouve son état de santé original.

Quelles sont les répercussions de la mort d’un récif pour le littoral ?

En cas de mort d’un récif, il n’y a plus de sable qui se dépose sur la plage. Les conséquences sont énormes pour l’être humain. D’importantes populations dans le monde dépendent de la ressource liée au récif.

L’impact d’une telle disparition favorise l’érosion des plages, et a des effets négatifs sur la pêche.


Kanalreunion.com