Environnement

Coup de pouce pour la géothermie

Grenelle Environnement

Témoignages.re / 23 juillet 2010

Le Grenelle environnement et le Plan de développement des énergies renouvelables prévoient de multiplier par six la production d’énergie géothermique d’ici à 2020. Le ministère de l’Énergie et du Développement durable a annoncé mardi 20 juillet le lancement d’un Comité national de la géothermie. Un nouvel élan pour cette source d’énergie « propre » qui doit être multipliée par six d’ici à 2020.

Développer l’utilisation de la chaleur en sous-sol pour générer de l’énergie « propre » : c’est toute l’ambition du Plan gouvernemental issu du Grenelle de l’environnement et du Plan de développement des énergies renouvelables. L’ambition : multiplier par six la production d’énergie issue de la géothermie d’ici à 2020. Pour y parvenir, le projet prévoit de relancer à grande échelle les programmes en Ile-de-France, en Alsace, en Aquitaine, Midi-Pyrénées et Centre, et en équipant 2 millions de foyers de pompes à chaleur. Montant de l’investissement : entre 15 et 20 milliards d’euros. « Il s’agit non seulement de contribuer à l’atteinte de l’objectif de 23% d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie à l’horizon 2020, mais également de susciter l’émergence en France d’une véritable filière industrielle créatrice d’emplois », précise le MEEDM. La géothermie a ainsi été identifiée comme l’une des 18 "filières vertes" prioritaires dans l’hexagone.

Trois enjeux prioritaires

Afin d’accélérer le développement de la géothermie, Jean-Louis Borloo a décidé de mettre en place un Comité national de la géothermie, présidé par Philippe Vesseron, président d’honneur du BRGM, agence publique française de recherche et d’expertise pour les sciences de la Terre. Ce Comité, qui vient d’être officiellement créé, aura pour tâche de proposer des actions et des recommandations pour le développement de chacune des formes de la géothermie, au travers d’une « gouvernance à 5 », en cohérence avec la méthode du Grenelle environnement. Le Comité national de la géothermie a débuté ses travaux sur trois enjeux prioritaires : la simplification administrative et la qualité, la formation des personnels et la diffusion de l’information vers chacune des parties intéressées. Ses premières propositions seront présentées au ministre d’État à la rentrée.


Kanalreunion.com