Environnement

Cycléa renaît de ses cendres

Gestion des déchets

Témoignages.re / 8 juin 2010

Les travaux d’un nouveau centre de tri, à capacité élargie de réception et de traitement des déchets, vont démarrer en août sur le site de la ZAC Mascareignes du Port. Un an après l’incendie qui a détruit l’usine.

Un an, jour pour jour après l’incendie qui a ravagé ses locaux, Cycléa tente encore de relever la tête. La Société d’Economie Mixte de l’Ouest est spécialisée dans le tri, la valorisation des déchets et la médiation environnementale. Hier, le président de Cycléa, Virgil Rustan, et deux administrateurs, Eric Legorjus (STAR) et Danio Ricquebourg (TCO) ont présenté la feuille de route pour que Cycléa demeure « le fleuron en matière de traitement des déchets ».
Le centre de tri de la ZAC Mascareignes au Port devrait renaître de ses cendres. En août, les travaux de la nouvelle usine démarreront sur la parcelle de la SEDRE pour une livraison prévue en juin 2011. Les activités seront provisoirement transférées sur la parcelle du TCO à partir d’octobre.

Un nouveau centre de tri d’ici juin 2011

Virgil Rustan a tenu à saluer « la détermination et le courage des salariés », notamment ceux du centre de tri depuis un an. A part le recyclage des plastiques, Cycléa a su maintenir ses activités dans des conditions difficiles, en changeant de locaux. Depuis septembre 2009, les activités sont rapatriées sur le site de la ZAC Masacareignes et le centre a été rasé pour laisser place à « une nouvelle ligne de tri, une presse, des conteneurs, des abris afin de protéger les salariés et les matières des intempéries ». Il faudra donc attendre la nouvelle usine pour retrouver les conditions optimales de travail.
Au bout d’un an, Cycléa a cependant pu préserver ses 160 emplois (à l’exception de quelques cadres non remplacés) et a réalisé un bilan annuel 2009 jugé satisfaisant : « plus de 6.000 tonnes de déchets ménagers issus de la collecte sélective (les bacs jaunes du TCO) et plus de 7.000 tonnes de déchets industriels ont été triées et traitées, sans oublier 15.000 tonnes d’encombrants pré triées. A noter que ces bons résultats se poursuivent depuis le début de l’année 2010. »
L’objectif, précise Virgil Rustan, est d’aller vers l’augmentation du tonnage du tri et une meilleure utilisation des bacs jaunes.

Un déficit à combler

Mais Cycléa a un autre défi à relever. « Nous sommes toujours sur la corde raide au niveau financier », reconnaît son président. Un déficit aujourd’hui de 280.000 euros, en partie du à l’incendie du centre de tri, mais qui dure depuis 2008. Un nouveau directeur devrait ainsi prendre ses fonctions dès juillet. Mais pour remédier au déficit, la SEM a déjà subi une recapitalisation en décembre dernier. Le TCO détient désormais 84% (contre 74%) du capital d’environ 4 millions d’euros. Le reste est détenu par la Semader, Semrre, Veolia Propreté, la STAR, HCE, Nicollin Réunion et Métal Réunion. Pour Eric Legorjus, administrateur pour la STAR, il est important que le secteur privé continue à soutenir Cycléa, un outil indispensable pour la gestion des déchets. Virgil Rustan a d’ailleurs adressé ses remerciements aux actionnaires. A l’avenir, Cycléa n’exclut pas d’étendre ses activités par exemple aux métaux non ferreux, à l’activité de négoce, à la prospection dans l’Océan Indien… Cycléa veut être une alternative à l’enfouissement et à l’incinération.

Edith Poulbassia


Kanalreunion.com