Environnement

Des containers sur la route de la Transat Jacques Vabre

Robin des Bois annonce un danger potentiel

Témoignages.re / 4 novembre 2013

Dans un communiqué, Robin des Bois rappelle que la semaine dernière, un porte-containers a perdu un nombre indéterminé de boîtes dans le golfe de Gascogne. Outre la pollution que cette catastrophe provoque, elle pourrait aussi être un danger pour les concurrents de la Transat Jacques Vabre.

« Le Maersk Salina a perdu dans la tempête du week-end des 27 et 28 octobre des dizaines de conteneurs dans le golfe de Gascogne et sans aucun doute au large de la Bretagne. Le nombre exact de conteneurs tombés à la mer n’est pas connu. Quand le Maersk Salina a été accueilli le 29 octobre à la tombée de la nuit dans le port du Havre après une inspection préliminaire au large, l’état des piles de conteneurs montrait des écrasements, des situations instables, des imminences de glissements. Il est donc possible que les chutes de conteneurs à la mer se soient poursuivies entre la pointe Bretagne et la baie de Seine.

Les préfectures maritimes de l’Atlantique et de la Manche-Mer du Nord disent qu’il n’y a pas de risques de pollution. La majorité des marchandises destinées aux ports de l’Europe du Nord et aux fêtes de fin d’année seraient des jouets. Au pied du sapin de Noël, les jouets fabriqués en Chine et dans d’autres pays d’Asie peuvent effectivement être à première vue considérés comme des produits festifs. En mer, ils sont des déchets polluants, fragmentables, non biodégradables, des leurres mortels pour les mammifères marins, les poissons, les tortues luth.

Les conteneurs à la dérive du Maersk Salina exposent les pêcheurs professionnels à des risques supplémentaires de collisions, de croches dans les filets et de naufrages. D’autres navires dans cette première tempête hivernale ont pu perdre des conteneurs ou d’autres objets et omettre de déclarer ces pertes.

Alors que les moyens de sauvetage européens sur la façade atlantique sont insuffisants et en priorité sollicités par les navires de commerce et les bateaux de pêche, il est imprudent de lâcher dans ces conditions la meute des voiliers de course de la 11ème édition Jacques Vabre qui relierait le Havre au Brésil en traversant les eaux où les conteneurs du Maersk Salina sont tombés ou ont pu dériver.

La transat Jacques Vabre se prétend incontournable dans le panorama de la course au large. Pour Robin des Bois, c’est une course à haut risque de collision. »


Kanalreunion.com