Environnement

Eau à La Réunion : Des ressources en baisse dans l’attente d’un « effet Haliba »

Situation en février 2015

Témoignages.re / 19 mars 2015

Malgré les hausses enregistrées, l’état des ressources en eau reste contrastée avec encore de nombreux déficits à La Réunion. Communiqué de l’Office de l’eau Réunion sur la situation en février 2015.

Les mesures effectuées par l’Office de l’eau Réunion concernant l’état des ressources en eau montrent que la situation est contrastée à l’échelle du département entre des eaux superficielles très réactives et des eaux souterraines plus inertielles.

Après les améliorations observées en janvier 2015, les cours d’eau présentent des débits médians mensuels à la baisse sur les secteurs Ouest, Sud et Est. L’état quantitatif de six cours d’eau sur neuf montre des valeurs de débits médians inférieures aux normales saisonnières. Les principaux déficits touchent la Rivière Saint-Denis (-52%), la Rivière Saint-Jean (-64%), la Rivière Langevin (-43%), la Rivière des Marsouins (-24%), le Bras des Lianes (-19%) et les hauts de la Rivière Sainte-Suzanne (-10%). Trois cours d’eau se maintiennent dans un état excédentaire : la Source Dussac dans l’Ouest (+19%), la Rivière des Roches dans l’Est (+24%) et le Bras Noir à la Plaine des Palmistes (+25%).

Les masses d’eau souterraines répondent globalement avec plus d’inertie aux précipitations. En février 2015, les niveaux piézométriques moyens sont en hausse sur la majeure partie du département à part les secteurs de La Saline, du Gol et de Pierrefonds. Malgré les hausses enregistrées, des déficits subsistent notamment dans le Sud, l’Ouest et le Nord avec -80% à Saint-Pierre, -86% à Pierrefonds, -63% au Gol, -40% en moyenne au Port, -17% à Saint-Denis, -7% en moyenne à Sainte-Suzanne et -74% à Saint-André. Seuls les secteurs de Saint-Benoît (+71%), de la Plaine des Palmistes (+28%), des Cocos à Saint-Louis (+23%) et de La Saline (+40%) présentent des niveaux piézométriques moyens supérieurs aux normales saisonnières. Au mois de février 2015, les indicateurs illustrent l’insuffisance des précipitations du mois de janvier 2015 à combler durablement les déficits accumulés.

Des crues normales associées à Haliba

Les données enregistrées au début du mois de mars 2015 indiquent que les crues consécutives à la tempête tropicale modérée Haliba n’ont pas atteint des valeurs exceptionnelles. Elles restent dans les normales connues pour ce type d’événement sur cinq cours d’eau. Elles atteignent des débits plus conséquents sur le Bras Noir, la Rivière des Marsouins, la Rivière Saint-Jean et la Rivière Sainte-Suzanne dont les périodes de retour sont de l’ordre de 7 à 9 ans.


Kanalreunion.com