Environnement

Faire de La Réunion une île « modèle » en matière d’aires terrestres protégées

Projet BEST 2011

Témoignages.re / 6 juillet 2012

Première application de la ligne budgétaire BEST obtenue par Elie Hoarau au Parlement européen en décembre 2010, la création de trois réserves biologiques en dehors des zones protégées par le Parc national a été annoncée hier par l’ONF et le Conseil général.

Le dispositif BEST (Biodiversity Ecosystem Service Territories european overseas) a pour objectif d’aider à préserver et valoriser la biodiversité de l’Outre-mer.
L’amendement proposé par Elie Hoarau alors député européen de la section océan Indien a été adopté en décembre 2010, inscrit dans la ligne budgétaire européenne, dotée de 2 millions d’euros.
Jusque-là, il n’existait pas de dispositifs spécifiques à l’Outre-mer, qui représente pourtant 80% de la biodiversité de la République. Le dispositif Natura 2000 pour les régions situées sur le continent européen n’était pas adapté et pas utilisé dans l’Outre-mer. Les régions d’Outre-mer n’avaient donc pas d’aides européennes pour le domaine de la biodiversité. C’est devant ce constat qu’Elie Hoarau a proposé et réussi à faire valider son amendement. « Pour la première fois dans le budget de l’Union européenne, une ligne de crédit existe pour financer les actions de protection de la biodiversité dans les Régions ultrapériphériques (RUP) et les Pays et Territoires d’Outre-mer (PTOM) », avait alors dit en substance le député réunionnais.
Le dispositif BEST permet de financer par des fonds européens l’amorce des projets de valorisation de la biodiversité, qui sont systématiquement précédés par des études.
C’est grâce au travail mené par le PCR depuis des années pour la protection de la Nature réunionnaise et la mise en place de ce dispositif que trois nouveaux projets de réserve biologique sont à l’étude dans le cadre de la mission de protection de la biodiversité assurée par l’ONF et le Conseil général.

BEST : un dispositif européen au service de la biodiversité d’Outre-mer

Le dispositif BEST (Biodiversity Ecosystem Service Territories european overseas) a pour objectif d’aider à préserver et valoriser la biodiversité de l’Outre-mer.

L’amendement proposé par Elie Hoarau alors député européen de la section océan Indien a été adopté en décembre 2010, inscrit dans la ligne budgétaire européenne, dotée de 2 millions d’euros.

Jusque-là, il n’existait pas de dispositifs spécifiques à l’Outre-mer, qui représente pourtant 80% de la biodiversité de la République. Le dispositif Natura 2000 pour les régions situées sur le continent européen n’était pas adapté et pas utilisé dans l’Outre-mer. Les régions d’Outre-mer n’avaient donc pas d’aides européennes pour le domaine de la biodiversité. C’est devant ce constat qu’Elie Hoarau a proposé et réussi à faire valider son amendement. « Pour la première fois dans le budget de l’Union européenne, une ligne de crédit existe pour financer les actions de protection de la biodiversité dans les Régions ultrapériphériques (RUP) et les Pays et Territoires d’Outre-mer (PTOM) », avait alors dit en substance le député réunionnais.

Le dispositif BEST permet de financer par des fonds européens l’amorce des projets de valorisation de la biodiversité, qui sont systématiquement précédés par des études.

C’est grâce au travail mené par le PCR depuis des années pour la protection de la Nature réunionnaise et la mise en place de ce dispositif que trois nouveaux projets de réserve biologique sont à l’étude dans le cadre de la mission de protection de la biodiversité assurée par l’ONF et le Conseil général.
Le réseau actuel des réserves biologiques à La Réunion

1985 :
Réserve biologique intégrale de Bois de Nèfles

1985 : Réserve biologique intégrale du Mazerin

1989 : Réserve biologique dirigée de Cilaos

1994 : Réserve Biologique mixte de Bébour

2002 : Réserve biologique Bras des Merles – Bras Bémale

Les trois nouveaux projets de réserve biologique

• Projet de Réserve biologique dirigée du littoral de Saint-Philippe

Intérêt écologique Particulier

Surface : 56 ha (Massif de la Coloraie du Volcan : 23.479 ha)

Altitude : supérieure : 15 m - inférieure : 0 m

Principaux types d’habitats : (% en surface de végétation au début du plan de gestion) d’origine naturelle : 65% - d’origine anthropique : 35%

• Projet de Réserve biologique dirigée de la "Forêt de Bois de couleur des bas"

Intérêt écologique Particulier

Surface : 161,3 ha (Massif de la Coloraie du Volcan : 23.479 ha)

- Forêt départemento-domaniale de Basse Vallée 94,4 ha

- Forêt domaniale de Mare Longue 19,8 ha

- Forêt départemento-domaniale du Tremblet 45,8 ha

- Forêt domaniale littorale de Saint-Philippe 1,3 ha

Altitude : inférieure : 40 m - supérieure : 390 m - moyenne : 175 m

Principaux types d’habitats : (% en surface de végétation) d’origine naturelle : 76,6% et d’origine anthropique : 23,4%

• Projet de Réserve biologique dirigée des Hauts sous le vent

Intérêt écologique Particulier - Conservation de formations remarquables

Surface : 146,93 ha (Massif des Hauts sous le vent : 8.211 ha)

- Forêt domaniale des Palmistes 98,77 ha

- Forêt domaniale de Grande Terre 48,19 ha

Altitude : inférieure : 1.400 m - supérieure : 1.630 m - moyenne : 1.515 m


Kanalreunion.com