Environnement

« Fédérer les élèves autour d’un projet d’aménagement citoyen sur leur commune »

Projet GEOL Matisse

Sophie Périabe / 30 juin 2011

Cette année encore, une classe de 4ème du collège Henri Matisse de Bois d’Olive inaugure 6 nouveaux panneaux d’information à destination du grand public sur le site de la Pointe du Diable à Saint-Pierre.

Un an après les 4 premiers, 5 nouveaux panneaux d’information ont été inaugurés hier matin à la Pointe du Diable, le dixième sera installé prochainement.
Ce projet labellisé « innovant » par le Ministère de l’Éducation nationale et baptisé GEOL Matisse est porté par Olivier Hoarau, professeur de SVT (Sciences de la vie et de la terre) du collège. Avec sa classe de 4ème, ils se sont penchés toute une année sur l’aspect géologique du site bien sûr, mais aussi historique, notamment à l’époque du passage du train.
Pour le professeur, il est important de « faire des sciences de terrain, de fédérer les élèves autour d’un projet d’aménagement citoyen sur leur commune ». Et ce concept intéresse visiblement les élèves qui se sont investis à 100%. D’ailleurs, Olivier Hoarau avance un chiffre : 4,8% de taux d’absentéisme dans cette classe de 4ème, alors que dans les autres classes de même niveau, ce taux oscille entre 7 et 12%.
Dans des conditions scolaires et sociales parfois très difficiles, les élèves ont beaucoup travaillé à la rédaction des panneaux et à l’oral. « Ils ont présenté leur travail lors de l’inauguration officielle », raconte Olivier Hoarau, très fier de ses élèves.
Un projet qui se poursuivra l’année prochaine avec un voyage aux Comores du 4 au 11 mai 2012. Les élèves, qui seront l’année prochaine en 3ème, étudieront un autre volcan à cendres actif : le Karthala.
« Ce voyage aura pour but de travailler sur la géologie de ce volcan avec une randonnée de 2,3 jours programmée sur le site, mais aussi découvrir une autre culture », explique le professeur de SVT. A l’heure où le racisme envers la communauté comorienne reste d’actualité, « il est important d’apprendre à se connaître, que les élèves découvrent une autre culture ».
Un projet exemplaire qui pourrait être reproduit dans d’autres établissements scolaires, dans d’autres communes.
A l’heure où La Réunion fait partie du patrimoine mondial, un tel projet ouvre des possibilités pédagogiques et de mise en valeur de sites naturels (géologiques, écosystème récifal, forestiers, etc.).
« Le site de Grand Anse pourrait être un site école géologique à promouvoir », conclut Olivier Hoarau.
De quoi donner des idées aux enseignants !

 SP 


Kanalreunion.com