Environnement

Grande Barrière de Corail - pour une interdiction des boues de dragages

Sauvons le plus grand récif corallien du monde

Témoignages.re / 11 mars 2015

Tandis qu’approche le jour de la décision du statut de la Grande Barrière de corail, le WWF et l’Australian Marine Conservation Society (AMCS) annoncent que le gouvernement australien devrait légiférer sur une interdiction de tout dépôt des boues de dragage à échelle industrielle sur ce site fragile inscrit au patrimoine de l’Unesco.

JPEG - 27 ko
Le Brisbanne, largue de la boue de dragage sur la Grande barrière de Corail, un site du Patrimoine mondial de l’humanité. © Xanthe Rivett/ CAFNEC / WWF-Aus

L’année dernière, le comité du patrimoine mondial de l’Unesco s’était avoué inquiet de la pratique qui consiste à déposer des millions de tonnes de boues de dragage dans les eaux du récif. En juin, le comité décidera ou non de classer la Grande Barrière de corail sur la liste du patrimoine mondial en péril.

« Le gouvernement fédéral australien va devoir faire un effort en matière de protection de la Grande Barrière. S’il ne signe pas d’engagements majeurs, parmi lesquels des lois interdisant le dépôt des boues de dragage, le classement du récif au patrimoine mondial de l’Unesco est menacé » a déclaré le directeur du WWF Dermot O’Gorman.

Le mois dernier, le gouvernement fédéral australien a exprimé à l’Unesco ses craintes quant à l’avenir de l’écosystème de la Grande Barrière. D’ici la fin du mois, on s’attend à ce que le gouvernement présente à l’Unesco les actions qu’il envisage d’entreprendre afin d’inverser cette tendance.

Dans un courrier commun adressé à l’Unesco, le WWF et l’AMCS déclarent que « la Grande Barrière fait face à des menaces majeures à sa survie à long terme » et qu’ « à ce jour, la réponse de l’Australie à cette sombre réalité a été plus qu’inadéquate ».

Un recensement gouvernemental officiel publié l’année dernière a montré que de très nombreuses espèces vivant aux abords du récif, comme les coraux, les prairies marines et les dugongs, mammifères rares sont en danger et font désormais partie des espèces menacées. Dans les deux tiers méridionaux de la Grande Barrière de corail, la population de dugongs a lourdement souffert : elle est passée de 3000 individus en 1987 à seulement 600 en 2011.

Ce recensement a également indiqué que les tortues marines étaient elles aussi victimes de cette détérioration. Le récif abrite six des sept espèces de tortues marines existant sur notre planète ; trois d’entre elles sont menacées ou en danger critique d’extinction.

Comme l’a publié un analyste du WWF en janvier dernier, le dragage et le dépôt des fonds marins liés à la croissance d’immenses unités portuaires a eu des impacts dévastateurs sur la Grande Barrière. « Le dragage et le dépôt des boues détruit le corail, les prairies marines et les habitats du plancher océanique. Ses conséquences sur la vie marine sont immenses », indique son rapport.

Plus de 120 000 personnes ont signé la pétition du WWF qui demande à l’Australie de cesser la destruction industrielle de cet écosystème marin très riche.

En plus de légiférer sur l’interdiction fédérale de tout dépôt de boues de dragage dans les eaux de la Grande Barrière de corail classées au patrimoine mondial de l’Unesco, le WWF demande au gouvernement australien :

- d’éviter tout dragage inutile sur le site de la Grande barrière de corail classé au patrimoine mondial de l’Unesco, et de minimiser l’impact du dragage d’entretien.

- d’inverser le déclin de la qualité des eaux dans les 10 ans à venir grâce à des réformes et des investissements majeurs pour réduire la pollution terrestre et rétablir les bassins versants.

- de tenir ses engagements en tant que partie à la Convention du patrimoine mondial en entretenant et en protégeant pleinement la valeur universelle exceptionnelle de la Grande Barrière.


Kanalreunion.com