Environnement

Incinérateur : danger !

Témoignages.re / 21 juin 2013

Une nouvelle information vient confirmer le danger des incinérateurs d’ordures ménagères. Le lobby pro-incinération ne se vante pas de la condamnation d’un groupe exploitant ce type d’installation, et pour cause. En plus des gaz émis lors de la combustion des ordures, l’incinérateur produit des déchets ultimes très toxiques qui peuvent se retrouver dans la nature…

À l’attention de tous les bons apôtres qui plaident — nous harcèlent serait plus juste — en faveur de l’implantation d’incinérateurs. « C’est sans danger » , nous assurent-ils la main sur le cœur.

Sans danger ? Et voici que cette condamnation nous permet de prouver l’absolue fausseté de cette assertion. Les incinérateurs produisent des déchets hautement polluants et dont les exploitants d’incinérateurs ne savent que faire. Alors, pour s’en débarrasser, ils tentent de les camoufler dans des décharges clandestines. Ils espèrent ainsi régler LEUR problème en pariant qu’ils ne seront pas pris la main dans la pollution. Mais voilà que, parfois, ils se font pincer et condamner. Mais, en attendant, ils sèment leurs déchets polluants où bon leur semble et ce sont des milliers d’habitants qui, à terme, seront étonnés d’être victimes de maladies incurables.

« C’est pas dangereux du tout » , n’est-ce pas ?

Il nous faut utiliser tous les moyens de diffusion modernes pour alerter tous les citoyens : il existe, à La Réunion, dans les plus hautes sphères du pouvoir, un lobby composé de personnes de passage dans notre île et qui se moquent éperdument de savoir ce que deviendraient les déchets des incinérateurs si nous avions la folie de céder aux exigences toxiques du lobby des pollueurs et de leurs complices.

Aimé Habib

Déchets toxiques : le groupe Pizzorno écope d’une amende alourdie en appel

Le Tribunal correctionnel de Draguignan avait condamné, en décembre 2011, le groupe Pizzorno Environnement et l’une de ses filiales à plus de 600.000 euros d’amendes pour exploitation sans autorisation d’une installation de stockage des déchets inertes et pollution dans une décharge de la commune de Bagnols-en-Forêt (Var).?? Pizzorno, qui a fait appel de cette décision, vient d’être condamné encore plus lourdement : 747.600 euros pour le groupe et 50.000 euros d’amende pour sa filiale Sovatram (contre 10.000 euros en première instance), accusée d’avoir dissimulé l’acheminement de déchets toxiques dans cette décharge.?? Entre 2004 et 2007, plus de 80.000 tonnes de mâchefers issus de l’incinérateur d’Antibes ont été déversées dans cette décharge.

(Source : Actu environnement)
Une réaction à cette nouvelle

Bravo aux défenseurs de l’Environnement et de la Justice pour cette nouvelle victoire. Le problème de l’incinération reste entier, car elle transforme près d’un tiers du volume incinéré de déchets non dangereux en mâchefers polluants pour l’environnement. Oui, cette industrie mérite bien, malgré la récupération énergétique, d’être considérée comme une activité polluante. La TGAP (Taxe générale sur les Activités polluantes) doit s’appliquer sans dérogation particulière à cette industrie.


Kanalreunion.com