Environnement

L’agriculture réunionnaise doit pouvoir se remettre de cette épreuve

André Thien Ah Koon et Bachil Valy écrivent à François Hollande

Témoignages.re / 3 janvier 2014

André Thien Ah Koon et Bachil Valy, conseillers généraux, ont écrit au président de la République pour demander une mobilisation d’urgence pour faire face à une situation catastrophique pour l’agriculture réunionnaise.

JPEG - 114.8 ko
Photo Toniox

Monsieur François HOLLANDE, Président de la République Française, Monsieur Manuel VALLS, Ministre de l’intérieur, Monsieur Victorin LUREL, Ministre des Outre-mer, Monsieur Jean-Luc MARX, Préfet de La Réunion
Monsieur Didier ROBERT, Président du Conseil Régional de La Réunion, Madame Nassimah DINDAR, Présidente du Conseil Général de La Réunion,

Le cyclone BEJISA laisse le secteur agricole réunionnais totalement sinistré au cœur d’une île qui a elle-même énormément souffert. Cette désolation met en péril sa survie, pour beaucoup de ses exploitants déjà en grande difficulté.

Il faut répondre d’urgence à cette situation catastrophique, sur base de solidarité européenne, nationale et départementale :

I ) À L’Etat en la personne du Préfet, au-delà du simple constat de catastrophe naturelle, de prodiguer les aides directes envisageables et de sensibiliser les instances européennes aux même faits. Mais ce n’est pas suffisant. Les dettes fiscales et sociales notamment, devront faire l’objet d’un report.
Les banques sont invitées à renégocier les dates d’échéances des prêts d’investissement sur les exploitations.

II ) Au Conseil Général de se réunir rapidement sur convocation de Madame la Présidente pour installer son propre dispositif d’aides solidaires. C’est faisable dès l’instant où la volonté politique est unanime. Au besoin en remettant en cause certaines priorités, quitte à faire des choix difficiles, compte tenu des difficultés financières du Département.

L’agriculture réunionnaise, doit pouvoir se remettre de cette épreuve.
Dans les deux cas, l’un des facteurs décisifs de la réussite de ces initiatives de solidarité est la rapidité de leur mise en place. Trop souvent, les délais administratifs désespèrent les bénéficiaires dans le plus grand besoin.

Nous soussignés, conseiller général de l’Entre-deux, et conseiller général de la Plaine des Cafres, apporterons notre concours, aux opérations de survie de nos compatriotes, acteurs essentiels de notre agriculture et élevage.

Nous sommes certains que le gouvernement prendra la mesure des dégâts qui ont touchés le monde agricole réunionnais et des graves conséquences du cyclone sur les plus miséreux de nos agriculteurs et qu’il répondra avec les mesures appropriées comme il a su le faire pour la tempête en Bretagne.
Au Tampon, le 03 Janvier 2013


Kanalreunion.com