Environnement

L’impact de l’importation de l’urbanisation à l’occidentale à considérer

Recrudescence inquiétante des attaques de requins

Manuel Marchal / 23 juillet 2011

La côte Ouest de notre île est confrontée depuis quelques mois à une augmentation du nombre des attaques des requins. Pour La Réunion, cette situation a des conséquences, mais comment l’expliquer. Il est en tout cas difficile d’exclure les conséquences des activités humaines en tant que cause de ce phénomène. Ce qui pose la question de l’importation d’un type d’urbanisation à proximité d’un lagon.

Depuis plusieurs mois, le nombre des attaques de requins est en recrudescence. Comment expliquer pareil phénomène ? Il est intéressant de se pencher sur l’impact des activités humaines sur le changement de l’environnement à proximité. Parmi les causes explorées, il y a la Réserve marine. Pourtant, l’objectif de la Réserve est de reconstruire une biodiversité mise à mal par les activités humaines au sein du lagon. Dans cette biodiversité, le requin a toujours eu sa place, et les attaques de requin ne figurent pas dans la tradition à La Réunion.
Par contre, au cours de ces dernières décennies, la pression des activités humaines a considérablement bouleversé l’environnement du littoral. Le lagon se situe en contrebas d’un bassin versant. Auparavant, la région de l’Ermitage était un marais qui avait pour fonction d’être une zone tampon entre l’eau de la mer et celle ruisselant depuis les Hauts.
Aujourd’hui, le marais est urbanisé. Le bassin versant se déverse directement dans la mer. Dans les rejets figurent des composants apportés par la société de consommation et de nouvelles pratiques agricoles.

L’importation d’une méthode

L’accroissement de la population s’est accompagné de l’installation de systèmes d’assainissement de l’eau. C’est le concept des stations d’épuration qui a été importé dans notre île. Les eaux traitées sont ensuite envoyées dans l’océan par l’intermédiaire d’une canalisation qui éloigne les rejets de la côte. Elles constituent une arrivée nouvelle de nourriture potentielle pour des poissons.
Cet élément est un changement fondamental dans l’environnement, au même titre que la disparition de la zone de marécage de l’Ermitage.
Toutes ces transformations ont forcément une influence dans l’évolution de la flore et de la faune sous-marine.
Cette piste ne doit pas être négligée, car c’est le bouleversement qui encourage des comportements inhabituels, et pas de la restauration de la biodiversité à son état d’origine.

M.M.


Kanalreunion.com