Environnement

La hausse démographique impacte sur le climat

Conférence de Paul Vergès sur le changement climatique et l’adaptation

Céline Tabou / 26 août 2011

À l’occasion de sa conférence de presse sur les changements climatiques, mercredi 24 août, Paul Vergès, président de l’ONERC, a expliqué comment la hausse démographique avait un impact majeur sur l’environnement et le développement durable.

Parmi les missions de l’ONERC, l’intégration de l’adaptation dans les politiques publiques existantes, afin de garantir la cohérence d’ensemble et de refléter la nature transversale de l’adaptation. En effet, les politiques publiques devront trouver des moyens de loger des milliers de personnes supplémentaires en prenant en compte les conséquences des changements climatiques sur l’urbanisation, l’architecture, le traitement des eaux ou encore la santé avec la transmission des maladies.

7 milliards d’hommes sur terre

« Sous-estimée par l’opinion publique et les décideurs politique, la hausse démographique est un phénomène majeur pour la planète », a expliqué Paul Vergès. Ce dernier a précisé qu’en plus d’un demi-siècle, « on aura comme population supplémentaire, tout ce que la planète avait comme population par le passé. En effet, la population mondiale a augmenté de 4,323 millions de personnes entre 1950 et 2010, le monde devra abriter 7 milliards d’âmes en 2050, comment les États feront pour adapter les habitations à ces nouveaux venus ? ». Cette hausse démographique est d’une « importance capitale pour l’évolution de la planète ».

« L’accumulation de la population et son augmentation vont entraîner des déséquilibres politique, économique et social dans le monde », a indiqué Paul Vergès. Au-delà du bouleversement stratégique de l’ordre mondial, la hausse de la population se trouve principalement dans les pays d’Asie et d’Afrique. En effet, l’Asie comptera près de 5 milliards 284 millions d’habitants et 2 milliards 300 pour l’Afrique. Face à cela, l’Occident ne représentera pas plus de 1 milliard 900 millions, ce « basculement démographique est considérable et possède un élément majeur qu’est la naissance des pays émergents comme la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud, possédant une forte augmentation de la population ».

Conséquence des changements climatiques

Dans de nombreux pays, des phénomènes liés au réchauffement climatique sont déjà observés, avec entre autres la réduction des terres arables, la multiplication des coupures d’eau, la baisse des réserves alimentaires et poissonnières, l’augmentation des inondations et l’allongement des périodes de sécheresse. Une augmentation de la population va accentuer ces phénomènes, d’autant plus qu’1/5 de la population mondiale vit sur des zones côtières qui sont menacées par la montée du niveau des mers et les inondations.

Cette situation a poussé certains gouvernements touchés par le réchauffement climatique à demander que le motif climatique soit reconnu comme valable au niveau international pour l’immigration.

Comme l’a rappelé Paul Vergès, La Réunion n’est pas exempte de ces phénomènes. En effet, la ressource en eau potable est un problème essentiel, et comme les experts cités par l’Alliance dans sa contribution au Grenelle de l’adaptation, « l’augmentation des périodes de sécheresse, aggravée par l’augmentation démographique de l’île » doivent être « anticipées sur les besoins en eau de la population ainsi qu’améliorer son stockage et mener une politique de retraitement des eaux usées adaptée au territoire ».

Céline Tabou


Les réfugiés climatiques

Les changements climatiques ont créé une nouvelle catégorie de réfugiés, les réfugiés climatiques qui migrent vers les capitales, ou encore vers d’autres pays afin de survivre à des catastrophes naturelles et particulièrement à leurs conséquences.
Selon une étude de l’association Christian Aid, organisation humanitaire britannique, près d’un milliard de personnes vont migrer d’ici à 2050. « Nous pensons que la migration forcée est désormais la menace la plus pressante contre les populations pauvres dans les pays en voie de développement », a souligné John Davison, un des auteurs du rapport. Paul Vergès a lancé un appel visant à la prise en compte de la hausse démographique et de ses conséquences, non seulement climatique, mais politique, économique et sociale. De même Christian Aid a émis un « avertissement sur le rythme d’accélération des déplacements de population au 21ème siècle », en raison du changement climat, mais aussi des conflits et des grands projets.


Le monde change de base

« Le monde est en train de changer de base et on est au cœur du changement qui va marquer le 21ème siècle », a déclaré Paul Vergès. Ce dernier a expliqué qu’en plus de la hausse démographique, les phénomènes climatiques impactent sur le monde.
Revenant sur les causes de ces changements climatiques, le président de l’ONERC a expliqué que l’industrialisation des pays aujourd’hui développés a été faite à partir d’énergie fossile. Ces énergies fossiles utilisées massivement ont conduit au réchauffement de la planète, a indiqué Paul Vergès, s’appuyant sur les données fournies par les scientifiques consultées par l’ONERC. Ces énergies fossiles sont périssables et entraînent des conséquences majeures sur le climat, c’est pour cela que le président de l’ONERC appelle à créer un nouveau mode de vie, « on est dans la nécessité de réfléchir, à l’échelle mondiale, à une nouvelle civilisation valable par l’effort et la réflexion. C’est le défi de notre civilisation ».


Kanalreunion.com