Environnement

La houle exacte au rendez-vous

Grosses vagues dans l’Ouest et le Sud

Témoignages.re / 4 août 2011

À 20 heures 45 ce mercredi 3 aout 2011, la houle continuait de se fracasser sur les côtes Ouest et surtout Sud de La Réunion. « Depuis le milieu de l’après-midi, nous enregistrons des vagues de 6 à 8 mètres de haut », précise Yves Gregoris, directeur interrégional de Météo France. Des surfeurs en difficulté au large de Saint-Leu ont dû être récupérés par des sauveteurs dans une mer déchaînée. À Saint-Pierre, un ponton du port a été évacué en raison des forts risques de submersion. Météo France ne prévoit aucune amélioration avant le milieu de la nuit. Pour le moment aucun dégât n’a été signalé. Le pic de houle de cette houle qualifiée « d’exceptionnelle » par Météo France, devrait être atteint vers minuit.

Comme prévu, la houle a commencé à se faire sentir ce mercredi matin. On observait alors des vagues de 3 à 4 mètres sur les côtes ouest et sud de l’île. Des conditions idéales pour les surfeurs qui n’ont pas hésité à partir à l’assaut des vagues, notamment du côté du spot de la Folette, au Port (voir article par ailleurs).

La houle a peu à peu gagné en puissance dans le courant de la journée. 5 mètres, 6 mètres puis maintenant 8 mètres, les vagues se fracassent violemment contre les côtes réunionnaises. Un spectacle que n’ont pas manqué d’observer de nombreux riverains, notamment du côté de Terre Sainte, zone qui avait été particulièrement touchée par l’épisode de forte houle de 2007. On y avait enregistré d’importants dégâts. Les habitants du quartier s’en souviennent. Toujours du côté de Saint-Pierre, trois bodyboarders qui avaient tenté de défier les vagues ont été verbalisés pour non-respect de l’arrêté d’interdiction de baignade pris par la préfecture.

À noter que la houle touche également la route du littoral, sur les voies côté mer. La plus grande prudence y est recommandée.

Dans le courant de la matinée, la mairie de Saint-Leu a pris un arrêté interdisant la circulation des piétons sur tout le littoral communal. Dès mardi, la commune de Saint-Pierre a interdit la circulation et le stationnement de véhicules sur le littoral saint-pierrois. Mardi également la mairie de Saint-Paul a interdit l’accès à l’embarcadère du front de mer de Saint-Paulois et aux plages. Le même jour, un arrêté préfectoral interdisait « la baignade et les activités nautiques pratiquées avec des engins de plage et des engins non immatriculés sont interdites sur une zone qui s’étend de la pointe de la Table à la pointe des Galets, soit prêt de 80 km de côtes ».

Dans un communiqué publié en début de soirée, la préfecture note, par ailleurs, que les services de secours ont été peu sollicités. « Le principe de précaution semble avoir porté ses fruits même si quelques cas isolés d’imprudence ont été relevés », commente le communiqué. La préfecture souligne également qu’environ 170 policiers, gendarmes et pompiers auxquels se sont ajoutés les agents communaux ont été mobilisés ce mercredi « pour faire face à cet événement exceptionnel ».

La vigilance forte houle a été prolongée jusqu’à ce jeudi 4 août, 17 heures.


La houle attire les curieux

Hier après-midi, les badauds étaient nombreux dans les rues de Saint-Gilles à être venus admirer la force de la nature. Des vagues de 4 à 5 mètres vers quatre heures frappaient la jetée du port de plaisance. L’ambiance au sein du port était plutôt sereine, les mesures de précautions avaient été prises sur les quais afin d’assurer les bateaux, dès la veille. La plage des Roches noires disparaissait parfois sous l’afflux des vagues qui arrivait au niveau du poste MNS. Le mur de l’ancien bar de l’Oasis déjà mis à mal est en passe de disparaître pour ne laisser qu’un tas de pierres. Le canal creusé par la mairie est là pour empêcher le sable de partir transformant la plage comme en 2007. Le plus fort est attendu pour la première partie de la nuit.
Au lagon de l’Ermitage, dans l’après-midi, les vagues ne montaient pas encore au niveau de la houle de 2007 épargnants pour l’instant les filaos victimes de l’érosion de la plage. L’ambiance était aux vacances qui cette année ne se prêtent décidément pas aux loisirs nautiques. Le drapeau rouge flotte sur le poste MNS. Le courant fort aspirant vers la passe et le vent frais n’incite pas à transiger avec les règles qui interdisent la baignade. L’avis de forte houle n’empêche cependant pas les pique-niqueurs de s’installer sous les filaos.

CF


Kanalreunion.com