Environnement

La municipalité de Saint-Leu passe à l’action

Lutte anti-vectorielle

Sophie Périabe / 24 avril 2010

Hier, Thierry Robert, maire de Saint-Leu, entouré de tous les partenaires, a présenté le projet communal en matière de préservation de l’environnement. Plusieurs actions sont prévues à court, moyen et long terme pour que Saint-Leu soit une ville propre.

La semaine dernière, le préfet de La Réunion, Michel Lalande, demandait aux maires d’amplifier les actions de lutte anti-vectorielle ainsi que les opérations de dératisation. En effet, des cas de dengue et de chikungunya ont été recensés, la prévention et l’information restent donc de mise.
La municipalité de Saint-Leu a été réactive par rapport aux demandes de l’État et a donc présenté hier son plan d’action communal en matière d’environnement.
« Nous avons plusieurs axes de travail à court, moyen et long terme. En partenariat avec l’inspection d’académie, des séances de prévention sont prévues dans les écoles ». Il est en effet essentiel de sensibiliser les adultes de demain. « Nous voulons aller au-delà du simple coup médiatique, nous visons réellement le long terme. À l’école, pour qu’un travail pédagogique soit efficace, il faut du temps et de la régularité », indique le représentant de l’Éducation nationale.
Parallèlement à la prévention dans les écoles, la municipalité et le TCO renouvellent l’opération “Vide fond de cour”. À partir de la mi-juin, une déchetterie mobile sillonnera la commune afin de permettre aux habitants de se débarrasser plus facilement de leurs encombrants. « L’objectif est d’amener les gens à prendre ensuite le circuit traditionnel et de venir en déchetterie », précise François Hazard, responsable environnement au TCO.
Simultanément, ce sera l’occasion de lancer une campagne de dératisation en direction des familles et des agriculteurs, en collaboration avec le FDGDON de Saint-Leu.
Par ailleurs, le maire a annoncé la création d’une 3ème déchetterie sur la commune prochainement. Le problème du foncier étant réglé, la nouvelle déchetterie se situera à La Chaloupe.

« Ce sera un véritable tremplin pour les jeunes embauchés »

Le Plan d’action communal en matière de protection de l’environnement mobilise aussi le tissu associatif du territoire. En effet, de nombreuses associations œuvrent déjà avec le soutien des collectivités dans ce domaine. L’ADIPE (Association départementale pour l’insertion et la préservation de l’environnement), association nouvellement créée, se situe dans ce créneau. Il s’agira d’entretenir et de nettoyer les ravines et sentiers de randonnée, mais aussi d’apporter un soutien et des conseils aux personnes âgées et handicapées. L’association travaillera en collaboration avec l’APN (les Amis des plantes et de la nature) afin de porter une attention particulière aux espèces endémiques de La Réunion.
Pour mener à bien ses actions, l’ADIPE pourra compter sur le soutien de l’État, du Conseil général et de l’ADI. Des CAE (Contrat d’accompagnement dans l’emploi) et CUI (Contrat unique d’insertion) seront attribués progressivement jusqu’à la fin de l’année. « Ce sera un véritable tremplin pour les jeunes embauchés », souligne Marc Paoli, directeur de l’ADI. Il y a en effet un aspect insertion et formation pour tous ceux qui vont travailler sur ce projet. « Il s’agit de mettre en place des projets d’utilité publique, mais aussi mettre en place des formations et projets de vie pour ces personnes », poursuit Marc Paoli.
Après tout ce travail de prévention et d’information, les autorités seront amenées, dès le mois d’octobre, à verbaliser les éventuels contrevenants qui continueraient à déposer leurs déchets n’importe où. La Police municipale et les agents assermentés du TCO veilleront au respect de la loi. La population sera informée sur les amendes et les peines encourues lors de l’opération “Vide fond de cour”.

 SP 


Kanalreunion.com