Environnement

La planète en péril

Dans un mois, le Sommet de Rio+20

Céline Tabou / 19 mai 2012

La Conférence des Nations unies sur le Développement durable dite « Rio+20 » ou « Rio 2012 », qui aura lieu du 20 au 22 juin 2012 au Brésil, devra répondre à l’urgence climatique du monde.

Face à la hausse démographique et la consommation individuelle, la Terre n’est plus en mesure de fournir à long terme les ressources dont la population a besoin. Le Sommet est centré sur deux thèmes : “L’économie verte dans le cadre du développement durable et de l’éradication de la pauvreté” et “Le cadre institutionnel du développement durable”, les dirigeants de la planète devront trouver des solutions rapides et efficaces pour éviter le pire.

L’inquiétude des ONG

Le rapport du WWF, publié en février 2012, explique que d’ici 2030, « deux planètes Terre pourraient ne pas suffire à satisfaire les besoins des êtres humains, vu les niveaux actuels de consommation, et d’émissions de dioxyde de carbone ». Selon Jim Leape, directeur général de WWF International, cité par “Le Point“, « Nous utilisons 50% de plus de ressources que la Terre ne peut en produire de manière durable ».

Le rapport commandé par l’astronaute hollandais André Kuipers, qui tourne autour de la Terre à bord de la Station spatiale internationale (ISS), « est comme un check-up de la planète, et les résultats montrent que notre planète est très malade », a indiqué Jonathan Baillie, de la Société zoologique de Londres, co-auteur du rapport.
« Ignorer ce diagnostic aurait des conséquences majeures pour l’humanité. Nous pouvons rétablir la santé de la planète, mais seulement en nous attaquant aux racines du mal : la croissance de la population et la surconsommation », a ajouté ce dernier.

De son côté, Avaaz, ONG défendant le respect des Droits de l’Homme aux changements climatiques, a expliqué dans un communiqué que « nos gouvernements versent chaque année un billion de dollars d’argent public aux grandes compagnies pétrolières et de charbon pour détruire notre planète ». Pointant du doigt la responsabilité de chaque État, notamment les dirigeants du G8 qui se réunissent les 18 et 19 mai, Avaaz leur demande « de tenir leur parole et de réinvestir cette énorme somme dans les énergies renouvelables. Les experts pensent que cela peut réellement sauver la planète ! ».

Pour les ONG, le Sommet Rio+20 devrait attirer plus de 50.000 participants, notamment des hommes politiques, qui ont été interpellés à de multiples reprises par les écologistes afin que les objectifs de développement durable soient adoptés.

L’aggravation du climat

Le changement climatique est à la limite du point de non-retour et aucun accord, ni mesure concrète n’a été trouvé pour éviter la catastrophe. Toutefois, certains pays ont décidé de prendre les devants, sans attendre la décision des Nations unies. En effet, la Nouvelle-Zélande, le Mexique et la Suisse ont appelé à trouver un accord cette année, soutenus par 20 nations dont les États-Unis, et le Brésil et la Chine viennent d’exprimer leur soutien.

La population mondiale a plus que doublé depuis 1950, entraînant avec elle une augmentation accrue de la consommation, une urbanisation inadaptée et dangereuse, et des pics de pollution dans certains États.

Le rapport de WWF 2012 propose des solutions pour « créer un avenir prospère » pour « 9, voire 10 milliards » de personnes d’ici 2050. Parmi lesquelles la réduction de la production d’énergie et de la consommation. De plus, l’adaptation aux changements climatiques, le développement des énergies renouvelables ne devraient pas accentuer les difficultés actuelles et permettre de préparer un avenir vert, comme l’avait proposé dans le passé Paul Vergès, président de l’ONERC.

Céline Tabou



Kanalreunion.com