Environnement

La production de davantage d’énergie éolienne...

Céline Tabou / 19 février 2013

JPEG - 59.4 ko

La production de davantage d’énergie éolienne est un des projets de Barack Obama pour l’Amérique.

A plusieurs reprises depuis son investiture, le président américain avait annoncé son intention de lancer un plan visant à protéger le l’environnement, ce que les manifestants entendaient lui rappeler : « Son héritage de 44ème président des États-Unis repose sur son action sur le changement climatique ».

Pour l’actrice canadienne Evangeline Lilly, il s’agit « de dire au président que son discours n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd ».

« C’est de loin, de très loin, le plus gros rassemblement sur le climat de l’histoire américaine », a déclaré devant les manifestants l’écologiste Bill McKibben.

De son côté, Van Jones, ancien conseiller de Barack Obama sur les Emplois verts, s’est adressé à ce dernier : « Président Obama, tout le bien que vous avez fait sera balayé par des inondations, par des incendies, par des énormes tempêtes si vous ne réussissez pas à agir maintenant ».

« Les États-Unis traînent les pieds depuis trop longtemps »

Plus de 30.000 manifestants, venus de tout le pays, ont estimé qu’« il est temps que le pays se réveille. Les États-Unis traînent les pieds depuis trop longtemps », a indiqué l’un des organisateurs du Sierra Club, Mimi Brody.
Les manifestants étaient munis de banderoles sur lesquelles étaient inscrits : « S’occuper du changement climatique, c’est notre obligation » ou « Les actes sont plus forts que les mots, quel sera ton héritage ? ».

Pour Jeff Brown, coorganisateur, le rassemblement a illustré « un mouvement fort pour l’environnement, il n’est pas à la marge, c’est le courant dominant ».

« Nous n’avons plus le temps de nous tromper », a déclaré à l’“Agence France Presse” Jill Stein, candidate du parti vert à la présidentielle de 2012.

2012 aura été l’année la plus catastrophique, sécheresse, pluies diluviennes, inondations, le pays a connu de nombreux phénomènes climatiques, dus aux changements climatiques. C’est dans un tel contexte que le Président Barack Obama a assuré lors de son discours sur l’état de l’Union, le 13 février, qu’il légifèrerait lui-même par décrets sur le climat en cas d’opposition du Congrès à ce sujet. « J’ordonnerai à mon Cabinet de me présenter les textes que nous pouvons prendre, maintenant et à l’avenir, pour réduire la pollution, préparer nos communautés aux conséquences du changement climatique, et accélérer la transition vers davantage de sources d’énergies renouvelables », avait-il précisé.

Barack Obama répond : « Nous devons y aller aussi »

Parmi les revendications, le rejet du projet d’un gigantesque oléoduc, Keystone XL, allant du Canada au Texas.
L’actrice canadienne Evangeline Lilly a exhorté le président à ne pas être « la marionnette des grandes industries pétrolières ».

Ce projet serait « comme allumer une gigantesque bombe de carbone (...), ce n’est pas une option, ce pays ne doit pas cuire encore plus notre planète avec cet oléoduc », a ajouté Van Jones.

Devant relier les champs de sables bitumineux de l’Alberta aux raffineries du golfe du Mexique, cet oléoduc devait s’étendre sur plus de 2.700 kilomètres. Conçue par TransCanada, la structure aurait eu une capacité de 700.000 barils/jour. Rejeté en janvier 2012 par Barack Obama, le projet est de nouveau sur la table.

Conscient de l’impact climatique de cet oléoduc, le président américain avait repoussé la décision définitive. Préférant développer des énergies renouvelables, il a rappelé, le 13 février, qu’il y a quatre ans, « d’autres pays ont dominé le marché des énergies propres et créé les emplois qui vont avec. Nous avons commencé à changer cela. L’an dernier, l’énergie éolienne a représenté près de la moitié des nouvelles capacités de production d’électricité en Amérique ». Barack Obama a alors appelé à en produire davantage, d’autant plus que « quand des pays comme la Chine continuent à développer les énergies propres, nous devons y aller aussi ».

En matière de pétrole et de gaz, sources d’énergies croissantes aux États-Unis, Barack Obama a proposé qu’une partie des revenus pétroliers serve à constituer un fonds de sécurité énergétique (Energy Security Trust) afin que la recherche et la technologie permettent aux voitures et aux camions de moins dépendre du pétrole.
Pour finir, il a fixé « un nouvel objectif à l’Amérique : réduire de moitié l’énergie dépensée dans nos maisons et nos entreprises d’ici les vingt prochaines années ».

Céline Tabou



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Pour dvelopper le petit olien ( puissance de 500 watts 100 Kw ),puissance aujourd’hui que l’on peut obtenir avec des oliennes verticales , sans bruit ,ni avec des mats trs hauts , il suffirait qu’un producteur d’nergie lectrique (EDF ou autre ) rachte le surplus produit par la machine , meme un prix lgrement au dessous de celui qui nous est factur ,dans les zones hors ZDE , pour que beaucoup de nos concitoyens se lancent dans des projets , c’est ce qui freine aujourd’hui ce dveloppement car une installation avec stockage lectriques par batteries est beaucoup trop onreux

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com