Environnement

La sécheresse n’est pas l’unique responsable

Coupures d’eau :

Céline Tabou / 6 janvier 2011

Depuis des années, les Réunionnais vivent chaque année des coupures d’eau. Habituellement, les municipalités évoquent la sécheresse, mais les coupures de courant ont mis en évidence les tendances des municipalités à fournir la gestion des réseaux d’eau et d’assainissement aux fermiers. Ces derniers, faute de moyens financiers, n’investissent pas dans des groupes électrogènes en cas de dysfonctionnement.

Ces réseaux d’eau et d’assainissement des eaux usées dépendent des courants électriques, soit pour alimenter les pompes au niveau des postes de regard, soit pour alimenter directement les stations d’épuration. En cas de panne, tous les systèmes sont à l’arrêt, entraînant des inconvénients majeurs. Cependant, dans les contrats de gestion des installations, il est prévu que des systèmes de secours soient mis en place pour éviter tout débordement et inconvénient auprès de la population.

Lors des coupures de courant effectuées durant la grève des travailleurs des usines du Gol et de Bois-Rouge, des milliers de foyers ont été touchés par des mesures de délestage. En effet, sans électricité, il n’y a pas de flux dans les pompes, qui fonctionnent à l’électricité, conduisant les eaux usées à stagner au poste de regard. Cette stagnation des eaux entraîne des débordements.

Jugé trop coûteux par les fermiers, les responsables des installations ne disposent pas de groupe électrogène pouvant pallier le manque d’électricité. Mais le fait le plus grave est que ces modèles d’installation centralisée avec de nombreuses canalisations nécessitent également des systèmes relais qui fonctionnent à l’électricité. Sans issues de secours, pour éviter tout débordement, de nombreuses habitations risquent de se retrouver dans les eaux usées, et subir les conséquences de ces eaux polluées.

 Céline Tabou 


Kanalreunion.com