Environnement

Le Cirad au cœur de la politique régionale de l’Europe

Recherche et innovation à la Réunion

Témoignages.re / 25 novembre 2013

Récemment, le commissaire européen en charge de la politique a visité le pôle protection des plantes. Retour sur les enjeux de ce déplacement. Et si on valorisait les atouts des RUP ?

JPEG - 53.5 ko
Plus de 50% des aliments consommés à la Réunion sont produits localement…

Lors de son déplacement à La Réunion dans le cadre de la XIXe conférence des régions ultrapériphériques européennes, Johannes Hahn, commissaire européen en charge de la politique régionale, a visité à l’invitation du Conseil régional de La Réunion le pôle de protection des plantes (3P) le 17 octobre dernier, accompagné par l’ensemble des présidents des RUP.

Et si les régions ultrapériphériques (RUP) européennes* étaient perçues en fonction de leurs atouts, plutôt que de leurs difficultés, notamment dans le domaine de la recherche et de l’innovation ? Telle est en tout cas la volonté de l’île de la Réunion, région européenne au cœur de l’océan Indien. Celle-ci s’est engagée à fournir un plan d’action à la Commission européenne, sur la manière dont elle compte faire un meilleur usage des fonds accordés par l’Union européenne pour la période 2014-2020.

Et si on valorisait les atouts des RUP !

Parmi les priorités de ce plan d’actions figurent deux objectifs propres au Cirad à la Réunion et au Pôle de protection des plantes (3P) : soutenir la bio-économie tropicale et encourager des actions de coopération régionale en partenariat.

JPEG - 64.5 ko
… Leur qualité représente donc des enjeux de développement économique et de santé publique essentiels pour l’île de la Réunion.

C’est dans ce contexte que Johannes Hahn, commissaire européen pour la politique régionale, accompagné des présidents des RUP, à l’invitation du Conseil régional de La Réunion, et président du groupe des huit régions ultrapériphériques, a visité le 3P le 17 octobre dernier. Trois ateliers thématiques sur l’impact des changements globaux sur la santé végétale, la conservation de la biodiversité et la gestion des ressources génétiques d’intérêt agricole leur ont été présentés, montrant l’intérêt partagé entre les RUP et l’Europe continentale.

Le Cirad une référence

L’occasion pour l’ensemble de la délégation européenne de constater l’importance des équipements de haut niveau et de se familiariser avec certains projets de recherche, financés par des fonds européens. «  Les recherches menées par le Cirad à La Réunion se font évidemment au service de la connaissance scientifique, mais également au service du développement économique régional et interrégional , a d’ailleurs rappelé Gilles Mandret, directeur régional du Cirad pour la Réunion-Mayotte, à l’ensemble de la délégation, avant d’ajouter « qu’une plate-forme de recherche, baptisée PReRAD, résultant de la volonté de renforcer des partenariats régionaux et européens dans le domaine de l’agriculture tropicale, devrait bientôt voir le jour à la Réunion ».  

Le Cirad à la Réunion est à l’heure actuelle le deuxième plus grand centre de recherche du Cirad, mais également l’un des plus importants centres de recherche européen dans l’océan Indien.

Guadeloupe, Martinique, Guyane française, La Réunion, collectivités françaises d’outre-mer de St-Martin, Açores, Madère et îles Canaries

Le Cirad est l’un des plus importants centres de recherche européens dans l’océan Indien

Les dispositifs de recherche

À La Réunion et Mayotte, les programmes de recherche agronomique et nos réseaux régionaux du CIRAD sont animés et coordonnés par nos responsables scientifiques au sein de trois dispositifs de recherche en partenariat.

Analyse de la biodiversité et des risques sanitaires pour les productions végétales et animales

Les risques sanitaires sont au cœur des préoccupations, avec l’émergence de maladies comme le Chikungunya en 2005 et 2006 ou encore la grippe A/H1N1 en 2009. À l’île de la Réunion, des chercheurs du Cirad analysent les risques liés aux maladies animales et végétales, préjudiciables aux productions agricoles. Ils étudient, entre autres, la diversité des agents pathogènes, de leurs vecteurs et de leurs hôtes (plantes, animaux), afin de pouvoir adapter les stratégies de contrôle.

Élaboration et gestion intégrée de la qualité des productions agricoles et des produits agroalimentaires

Avec plus de 1.000 établissements, la filière agroalimentaire représente un tiers des effectifs de l’industrie locale. Ses filières les plus performantes sont : les boissons et alcools, le sucre, la viande et le lait. Plus de 50% des aliments consommés à la Réunion sont produits localement. Leur qualité représente donc des enjeux de développement économique et de santé publique essentiels pour l’île de la Réunion. Preuve en est la décision d’implanter en 2005 un pôle de compétitivité en agro-nutrition tropicale : Qualitropic.

Analyse des impacts et services environnementaux liés aux activités agricoles

Dans une île telle que la Réunion, les ressources naturelles et l’espace sont soumis à de fortes pressions induites par le développement des activités économiques. L’agriculture, confrontée aux contraintes de l’insularité, joue un rôle croissant dans l’aménagement du territoire, la protection de l’environnement et la cohésion sociale.


Kanalreunion.com