Environnement

Le PNUE honore des acteurs de la transition vers l’économie verte

Remise des Prix des Champions de la Terre

Témoignages.re / 26 avril 2010

Le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) a remis la semaine dernière à Séoul les trophées des Champions de la Terre. Cette distinction valorise les initiatives prises au plus haut niveau en matière environnementale. Les gagnants sont originaires de l’Afghanistan, de la Chine, de Guyane, d’Inde, du Japon et des Maldives, et sont tous reconnus comme étant des piliers de la transition vers une économie verte pour le 21ème siècle, précise le PNUE.

Les vainqueurs de l’édition 2010 des Champions de la Terre, la plus haute récompense des Nations Unies en matière de leadership environnemental, ont été annoncés la semaine dernière.
Les six gagnants, issus du monde des affaires, du gouvernement, de la science ou encore du secteur du divertissement, illustrent de quelle manière l’action, l’inspiration, l’engagement personnel et la créativité peuvent déterminer la transition vers une économie verte au 21ème siècle, à faible taux d’émission de carbone et économe en ressources.
Achim Steiner, Sous-secrétaire général des Nations Unies et Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), a annoncé le nom des lauréats des Champions de la Terre de cette année :

- Le Président de la Guyane, passionné de sylviculture et promoteur d’infrastructures protégeant les écosystèmes, M. Bharrat Jagdeo

- Le Président des Maldives, militant lors des campagnes internationales sur le changement climatique, Son Excellence Mohamed Nasheed

- Le Directeur général de l’Agence nationale afghane de protection de l’environnement, fervent défenseur du développement durable, le Prince Mostapha Zaher

- Le scientifique de la terre japonais, pionnier de la recherche sur le cycle du carbone dans les océans, le Dr. Taro Takahashi

- L’actrice chinoise, célébrité et gourou populaire du style de vie vert, Mme
Zhou Xun

- L’investisseur en capital-risque indo-américain, entrepreneur dans le secteur de l’énergie verte et co-fondateur de Sun Microsystems, Vinod Khosla.

Lutter contre le changement climatique

Les trophées ont été présentés lors d’un gala à Séoul, en Corée, au cours de la Journée de la Terre, et en parallèle avec le Sommet mondial des entreprises pour l’environnement (B4E), auquel plus de 1.000 représentants d’entreprises, de gouvernements et de la société civile participent.
Achim Steiner, directeur exécutif du PNUE, a notamment déclaré : « Les six lauréats symbolisent quelques-uns des principaux piliers sur lesquels la société peut construire une croissance verte et un développement qui unit six milliards de personnes, au lieu de les diviser. L’entrepreneur Vinod Khosla s’est donné pour mission personnelle de soutenir le développement à faible taux d’émission de carbone en investissant dans des start-up du secteur des énergies propres et renouvelables ».
« Le Président Nasheed est non seulement une voix forte pour les personnes vulnérables et les pauvres face aux défis du réchauffement de la planète, mais aussi un homme politique qui montre au reste du monde comment une transition vers une neutralité climatique peut être atteinte et comment toutes les nations, quelle que soit leur taille, peuvent y contribuer ».

« Le Dr Takahasi a été un pionnier de la science du changement climatique en ce qui concerne les mers et les océans. Son travail souligne non seulement les menaces, mais aussi les choix politiques que les gouvernements et les investisseurs doivent prendre pour s’assurer que l’univers marin reste en bonne santé, productif et nous aide contre le changement climatique ».

Préserver la forêt tropicale

« Le Prince Zaher a transformé la politique environnementale de son pays et a jeté les bases du développement durable dans l’une des régions les plus difficiles de la planète en ce moment. Il a su équilibrer les devoirs et les réalités de l’Afghanistan, au jour le jour, avec la volonté que son pays ait un air propre et de l’eau saine — et que cette situation soit officialisée par des lois —, éléments sur lesquels une société durable et pacifique peut être construite ».
« Zhou Xun est une des actrices les plus populaires et acclamées en Chine. Ses déclarations médiatisées, ses conseils et ses choix de style de vie influencent des millions de fans à devenir des citoyens et des consommateurs plus soucieux de l’environnement ».
« Le dernier et non le moindre, le président Jagdeo, est un ardent défenseur de la conservation et de la gestion durable des ressources naturelles de la planète. Il a défendu, plus que n’importe qui, les nombreux avantages d’une gestion durable des forêts en matière de lutte contre le changement climatique, mais aussi en termes de développement, d’emploi, d’approvisionnement en eau et en termes de conservation de la biodiversité
 », a déclaré Achim Steiner.


Un Prix environnemental international

La cérémonie des Prix des Champions de la Terre a été créée en 2004 par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). Le Prix reconnaît les individus qui incarnent l’engagement et la vision vers le leadership environnemental grâce à leur action et leur influence.
À ce jour, le Prix a été décerné à 34 chefs de file environnementaux hors du commun dont Al Gore ; l’ancien ministre brésilien de l’Environnement, Marina Silva ; le Dr Balgis Osman-Elasha, chercheur soudanais ; et le Président du Comité Olympique, Jacques Rogge, etc.
Les différentes catégories de Prix de l’édition 2010 sont : la vision entrepreneuriale, la politique et le leadership, la science et l’innovation, l’inspiration et l’action, et une catégorie spéciale, la biodiversité et la gestion des écosystèmes.
Cette année, les membres du public ont eu l’occasion de nommer des individus en ligne pour le Prix. Plus de 100 candidatures ont été soumises dans le monde entier. Les candidats ont ensuite été sélectionnés et les finalistes ont été choisis lors d’un examen interne.
Grâce au nouveau partenariat avec LG Electronics Inc, le Prix des Champions de la Terre de cette année sera accompagné pour la première fois d’un Prix en espèces de 40.000 dollars pour chacun des gagnants des différentes catégories. A côté du trophée spécialement commandée et créée par le célèbre artiste chinois Yuan Xikun, on retrouve donc un Prix en argent qui sert d’incitation et de ressources pour la croissance et la reconduction des travaux des lauréats et leur impact sur les communautés qu’ils desservent.


Vision entrepreneuriale

Khosla Ventures/Khosla Vinod

Investisseur en capital-risque et co-fondateur de Sun Microsystems, Vinod Khosla a été surnommé « M. Vert » de la Silicon Valley. En septembre 2009, l’entreprise d’investissement en capital-risque “Khosla Ventures” a annoncé qu’elle avait réuni 1,1 milliard de dollars dans un fonds de financement vert qui serait utilisé pour stimuler le développement des énergies renouvelables et autres technologies propres.
Ce fonds est intervenu à un moment où les investissements en capital-risque dans les technologies vertes commençaient tout juste à se remettre d’une chute précipitée consécutive à l’effondrement de l’économie mondiale en 2008. Sur les 1,1 milliard de dollars du fonds, 800 millions de dollars seront placés dans des technologies qui ont déjà fait leurs preuves, 275 millions de dollars seront utilisés pour faire de plus petits investissements dans des entreprises de technologies moins développées. Au moment de son annonce, ce fonds était le plus grand mis en place depuis 2007 et l’un des plus ambitieux jamais lancés en faveur des technologies propres.
M. Khosla a lancé plusieurs start-up environnementales pour tenter de réduire la dépendance mondiale au pétrole. Il affirme que la révolution, en plein essor, des solutions de remplacement au pétrole sera plus grande — et de loin — que la révolution de l’Internet des années 90.


Politique et leadership

Mohamed Nasheed, président des Maldives

Son Excellence Mohamed Nasheed a été élu président des Maldives en 2008. Il a reçu, à maintes reprises, la reconnaissance mondiale pour ses efforts de lutte contre le changement climatique et pour ses campagnes de sensibilisation aux questions environnementales, plus particulièrement celles liées aux situations des îles-nations.
Il a occupé une grande place dans les médias internationaux avant et pendant la conférence des Nations Unies sur le changement climatique de Copenhague, en décembre 2009. Au même moment, il a organisé une réunion de son cabinet ministériel sous l’eau, au niveau du plancher océanique, pour mettre en évidence les menaces graves liées aux changements climatiques auxquelles les Maldives doivent faire face.
Le président Nasheed s’est engagé, d’ici 2020, à faire des Maldives le premier pays neutre en carbone. En raison de la menace que pose l’élévation du niveau de la mer, le président Nasheed a lancé une campagne d’achat de territoires, sur lesquels il va construire un nouvel État des Maldives, pour remplacer la position actuelle de son pays quand celui-ci disparaîtra sous la mer.
En outre, il fait également campagne pour la protection des récifs coralliens qui ont aidé à sauver son pays du tsunami dévastateur de 2005, en absorbant le choc de la puissante vague déclenchée par le tremblement de terre de Sumatra.


Science et innovation

Dr. Taro Takahashi, scientifique de la Terre

Après avoir obtenu un diplôme d’ingénieur, un Doctorat en sciences de la Terre, un poste de professeur au Queens College et à l’Université de Columbia, Taro Takahashi est maintenant chercheur principal à l’Observatoire terrestre Lamont-Doherty de l’Université de Columbia, à New York.
Taro Takahashi a consacré cinq années de sa vie à découvrir le fonctionnement des cycles du carbone dans les océans, sur la Terre et dans l’atmosphère. Son travail constitue la fondation sur laquelle toutes les recherches sur le cycle du carbone sont maintenant construites.
Il a constaté que la majorité des émissions mondiales de CO2 résidaient dans l’océan. Il a également fait de nombreuses observations importantes sur l’absorption océanique et ses variations en fonction de la température de l’eau ou des saisons.
Taro Takahashi explique que sa recherche principale « vise à comprendre le sort du CO2 industriel libéré dans l’air » et espère que son étude « conduira à une meilleure compréhension et donc à une prévision fiable de la capacité des océans à absorber le CO2 industriel ». L’idée est d’estimer l’ampleur de la capacité des océans à réguler le climat.


Inspiration et action

Prince Mostapha Zaher

Le directeur général de l’Agence nationale afghane de protection de l’environnement (NEPA), le Prince Mostapha Zaher, âgé de 46 ans, a jeté les bases d’un avenir durable et pacifique en Afghanistan. Au cours des cinq dernières années, il a travaillé sans relâche pour l’environnement, dans un pays ravagé par 25 ans de guerre. Il continue de trouver des solutions propres, efficaces et rentables pour les citoyens de l’une des nations les plus pauvres du monde.
En 2004, après la chute du régime taliban, Zaher et sa famille sont retournés dans leur pays natal, où il a abandonné son poste d’ambassadeur italien pour prendre celui de Directeur général de la nouvelle Agence nationale pour la protection de l’environnement. Depuis qu’il a pris ce poste, il a réécrit les lois environnementales du pays, notamment un acte dans la Constitution déclarant qu’il est de la responsabilité de chaque citoyen afghan de « protéger et préserver l’environnement, et de le léguer à la prochaine génération dans un état le plus intact possible ».
En 2008, il a assisté à la Conférence internationale sur les énergies renouvelables (WIREC), lors de laquelle il s’est engagé à améliorer la qualité de l’air à Kaboul de 10 à 12% d’ici l’an 2012.

Zhou Xun

Zhou Xun, l’une des actrices les plus populaires de Chine, passe une grande partie de son temps à promouvoir les “Conseils pour vivre vert” à travers l’initiative “Our Part”, une campagne qu’elle mène conjointement avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). L’actrice encourage les gens à réduire leur empreinte carbone grâce à de simples changements dans leur mode de vie, quelques petites choses qui peuvent faire une énorme différence dans un pays de la taille de la Chine.
Zhou Xun fait notamment remarquer que si chaque famille possédant voiture en Chine conduisait seulement 200 km de moins par an, les émissions de dioxyde de carbone annuelles seraient réduites de 460.000 tonnes. Elle indique également que des petits efforts comme celui de débrancher les appareils électriques peuvent avoir un impact énorme en Chine, un pays qui compte plus de 300 millions de téléviseurs et 500 millions de téléphones mobiles.
Elle travaille sur la réduction de sa propre empreinte carbone et suit les conseils qu’elle prodigue tous les jours. Elle plante trois arbres pour chaque voyage en voiture de 200 km qu’elle effectue, et beaucoup plus pour compenser ses vols depuis 2008. Quand c’est possible, elle roule à vélo ou marche pour rejoindre ses destinations.


Catégorie spéciale (Biodiversité & Gestion des Ecosystèmes)

Le président de la Guyane, Bharrat Jagdeo

Le Président de Guyane, Bharrat Jagdeo, âgé de 45 ans, a acquis une reconnaissance internationale pour sa position sur les questions environnementales au sein de son pays, et à l’échelle mondiale.
En tant que président d’un pays possédant 40 millions d’acres de forêt tropicale intactes, Bharrat Jagdeo invite des bailleurs de fonds et des investisseurs à payer pour la protection des forêts grâce à la vente de crédits de carbone, ou grâce à des investissements dans l’éco-tourisme et les découvertes pharmaceutiques.
Avec les bénéfices que ces projets devraient générer, le président Jagdeo planifie d’améliorer les infrastructures côtières du pays pour le protéger de la hausse potentielle du niveau des mers.
Il a proposé que le Programme des Nations Unies pour la réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts (REDD) adopte le modèle de la Guyane en ce qui concerne la gestion forestière. Il a également encouragé le reste du monde à vivre d’une manière durable car « il est économiquement plus prudent de protéger les forêts que de les abattre ».
Avant d’être élu présent en 2001 puis 2006, M. Jagdeo avait occupé successivement le poste de Premier ministre et de ministre des Finances.


Kanalreunion.com