Environnement

Les États-Unis attendent Irène

Après les Bahamas, l’ouragan remonte vers le Nord

Céline Tabou / 27 août 2011

L’ouragan Irène, après s’être abattu sur Porto Rico et Haïti, se rend actuellement aux États-Unis. Parmi les cités les plus vulnérables, New York, qui s’est préparé au pire.

Des villes de la côte Est des États-Unis ont été évacuées, des millions de foyers font des stockages de vivres et l’armée s’est mobilisée avant l’arrivée de l’ouragan. Irène devrait, selon les estimations météorologiques, s’abattre ce matin de la Caroline du Nord à New York. Selon le Centre National des Ouragans (NHC), Irène ressemble à un énorme tourbillon blanc. Cet ouragan de « large » amplitude présente des conditions cycloniques sur un rayon de 150 km et de vents puissants sur 465 km, note le NHC.

Séisme et ouragan touchent le Nord-Est

Mardi 23 août, New York a été secouée par un tremblement de terre de magnitude 5,9 sur l’échelle de Richter. Le séisme a entraîné l’arrêt des deux réacteurs d’une centrale nucléaire de Virginie après une coupure d’électricité. L’État a également vu l’arrêt automatique de la Centrale nucléaire de North Anna, d’une puissance de 1.800 mégawatts, a indiqué David Heacock, président de la société Dominion Nuclear, interrogé par la chaîne de télévision CNN et cité par LCI.

Trois jours plus tard, toute la côte Nord-Est doit faire face à un ouragan, qui pourrait, selon certains médias américains, devenir la Katrina de New York. Fait troublant, le dernier ouragan qu’a vécu le Nord-Est du pays était en 1985 avec l’ouragan Gloria. Généralement, cette région échappe aux dépressions et séismes.

Ouragan budgétaire

Le maire Michael Bloomberg a qualifié Irène de « très dangereuse » et réfléchit à l’évacuation de près de 250.000 personnes vivant dans ces zones vulnérables, à Brooklyn, dans le Queens, à Staten Island et dans le Sud de Manhattan. D’ici la venue d’Irène, aujourd’hui, des Maisons de retraite et des hôpitaux ont été évacués.

Céline Tabou


Quatre morts aux Caraïbes

Premier ouragan majeur de la saison en Atlantique, Irène a gagné en intensité dans la nuit de mercredi 24 à jeudi 25. Passé en catégorie 3, l’ouragan a balayé le Sud des Bahamas. Le dernier bilan fait état d’au moins quatre morts, en Haïti, en République dominicaine et dans le territoire américain de Porto Rico. En Haïti, « deux personnes ont péri, emportées par les eaux sauvages d’un ravin » à Port-de-Paix, dans le Nord de l’île, selon la Protection civile. Touché par le choléra, les autorités sanitaires craignent une éventuelle augmentation des cas dans les localités inondées du Nord. Ces inondations ont provoqué l’évacuation de milliers de personnes. Dans l’archipel des Bahamas, de puissantes bourrasques ont arraché des toits, couché des poteaux électriques et détruit des habitations, a indiqué “L’Express”. Les services de sécurité locaux ont indiqué que sur Acklins Island, 90% des résidences du village de Lovely Bay ont été fracassées.


La FED n’injectera pas des millions dans l’économie

Pendant ce temps, le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, a estimé qu’il était primordial pour l’économie de réduire le taux de chômage de long terme.
Ce dernier a également appelé vendredi 26 août les autorités politiques à Washington à prendre des mesures de relance budgétaire pour compléter l’effort de soutien de son institution à la croissance. Dans la suite des déclarations des Chinois après le vote de dernière minute pour l’élévation du plafond de la dette et la dégradation de la note américaine, le président de la FED a écarté l’hypothèse d’une intervention rapide de son institution pour réinjecter des liquidités dans l’économie du pays, mais ferait « tout son possible pour garantir croissance et stabilité des prix ».


Kanalreunion.com