Environnement

Les inondations en Thaïlande

Céline Tabou / 3 novembre 2011

Plusieurs centaines de personnes sont décédées et des millions d’autres ont été touchées par les pires inondations depuis des décennies. Ces inondations sont les plus graves que la Thaïlande n’ait jamais connues dans son histoire, a annoncé dimanche 30 octobre, le Département thaïlandais de la prévention et de l’atténuation des désastres.

Les inondations ont touché 62 des 77 provinces du pays, depuis le début des intempéries, le 25 juillet. Actuellement, les précipitations se poursuivent toujours dans 144 districts de 26 provinces dans les régions du Nord-Est et du centre, et ont affecté plus de deux millions de personnes, a indiqué le Département thaïlandais de la prévention et de l’atténuation des désastres.

L’attente persiste

Bien que le centre-ville de Bangkok n’ait pas encore été atteint, l’eau menace toujours. Les tonnes d’eau accumulées dans les plaines centrales du pays continuaient à avancer dans le Nord de la capitale, où des zones résidentielles sont noyées dans une eau boueuse, et sur la rive ouest du Chao Phraya.
Après avoir décrété jeudi 27 octobre, un week-end de cinq jours pour parer la catastrophe, les autorités ont prévenu les habitants vivants le long du fleuve Chao Phraya de se tenir prêts à évacuer le Nord de la capitale. « Le problème n’est pas encore résolu. C’est toujours grave. Les gens qui vivent sur les deux rives des canaux à Lak Si, Lad Prao, Chatuchak et Bang Khen [districts de Bangkok] : soyez prêts à évacuer vers des zones plus sûres », a déclaré dimanche dernier le gouverneur de la ville, Sukhumbhand Paribatra.
La Premier ministre, Yingluck Shinawatra, est désormais plus optimiste, car cette dernière estime que la décrue pourrait débuter cette semaine : « la situation est susceptible de s’améliorer s’il ne pleut pas ». Le gouvernement espère pouvoir, après la fin de la grande marée, évacuer vers le Golfe de Thaïlande les milliards de mètres cubes d’eau accumulés au Nord à travers les nombreux canaux et fleuves dans et autour de Bangkok a indiqué l’Agence France Presse.

Une économie en sursis

Les habitants ont quitté la ville durant le week-end exceptionnel de cinq jours décrété jeudi 27 octobre, par les autorités thaïlandaises. Depuis que les graves inondations, provoquées par les moussons abondantes et les tempêtes tropicales, ont frappé le pays, plus de 9,4 millions de personnes ont été affectées et des centaines de routes et autoroutes se sont retrouvées sous les eaux.
L’économie du pays est paralysée, les entreprises de la distribution à l’électronique en passant par l’automobile subissent la catastrophe depuis trois mois. Ce sont entre 14.000 et 15.000 entreprises thaïlandaises qui ont pour l’instant cessé toute activité, ce qui représente « entre 40 à 45% du PIB potentiel du pays », a déploré Paul Dumont, président des conseillers du Commerce extérieur français au “Figaro”. Le gouvernement dénombre près de 10.000 usines inondées, provoquant l’inquiétude de plus de 600.000 employés de se retrouver au chômage. La Banque de Thaïlande a revu ses prévisions de croissance 2011 en nette baisse vendredi 28 octobre, de 4,1% à 2,6%. Payungsak Chartsutthipol, président de la Fédération des industries thaïlandaises a prévenu, « c’est comme l’impact du tsunami au Japon, qui a aussi eu un impact sur les usines en Thaïlande en raison d’une pénurie de pièces détachées ». Le président redoute des « pertes massives » pour l’industrie automobile qui mettra « plusieurs mois pour s’en remettre ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com