Environnement

Produire son gaz et son électricité à la maison, c’est possible !

Innovation

Témoignages.re / 21 mars 2013

L’autonomie énergétique n’est pas un rêve, elle pourrait être une réalité. L’association "Les Robins des mers" propose des solutions afin de résoudre ce problème qui touche l’ensemble de la planète, mais plus particulièrement les îliens qui payent cher le prix de l’éloignement. Michel Barrault, son président, veut démocratiser deux techniques simples à mettre en place : l’éolienne à axe vertical pour produire de l’électricité, et le biodigesteur pour produire son propre gaz domestique.

JPEG - 41.9 ko

Michel Barrault est un inventeur et concepteur aux multiples talents. Collaborateur d’architecte de métier, il a travaillé à La Réunion sur de gros chantiers tels que la prison de Domenjod ou des immeubles comme OPC (en charge de l’ordonnancement, du pilotage et de la coordination de chantier). « Mais je ne résume pas à mon métier, explique-t-il, je suis un passionné, je lis énormément, j’adore apprendre, et concevoir toutes sortes de choses ». Bourlingueur, bricoleur, constructeur, il a pratiqué de nombreux métiers ayant trait à la construction et à la création. Il n’en est pas à son premier coup d’essai dans le secteur de l’environnement, car il a dans son passé déjà conçu une maison bioclimatique en France métropolitaine.

Un concept peu coûteux

L’autonomie énergétique, c’est un sujet que M. Barrault connait bien, lui qui a grandi en Polynésie. « J’ai grandi dans une famille très modeste, où ce que nous consommions, nous le produisions, sans électricité, ni eau courante, cela m’a appris la débrouillardise. J’aimerais apporter à ces îles, plus de 200, souvent hors de circuit de l’énergie, comme à La Réunion qui m’a adopté, une alternative énergétique qui puisse toucher ceux qui en ont le plus besoin. J’ai été particulièrement frappé par la misère à Madagascar où j’ai rencontré le Père Pedro. Les systèmes que je développe, de conception simple, il faut juste savoir souder, et avoir des notions d’électricité pourrait aider là-bas aussi. J’aimerais pouvoir leur apporter cette autonomie ».

Avec son association "Les Robins des mers", il propose d’informer sur les techniques envisageables en matière d’énergies renouvelables, de fournir et d’installer des éoliennes dites "à axe vertical" (E.A.V) et des biodigesteurs, ainsi que d’assurer la formation des familles ainsi équipées afin qu’elles en comprennent le fonctionnement et puissent les entretenir. Il est actuellement en voie de création d’entreprises afin de commercialiser et installer ces systèmes et de se donner une légitimité réclamée par les instances capables de promouvoir ce genre de projet à son concept. Il se propose aussi par le biais de l’association de fournir une aide technique à ceux qui voudraient se lancer dans l’aventure par leurs propres moyens.

Des systèmes individuels ou collectifs

L’éolienne à axe vertical (EAV) construite par les Robins des mers permet de charger 5 batteries en 3 heures et donc de fournir l’électricité journalière d’un foyer. Pour Michel Barrault, si elle peut suffire seule dans les endroits exposés aux vents, elle peut être un complément idéal à des panneaux solaires. En effet, les panneaux produisent une faible quantité d’électricité, mais sur une durée longue s’il y a de la lumière, l’EAV peut quant à lui fournir jusqu’à 600W à l’heure, avec une force de vent de 30k/h minimum. L’association des deux assure une production journalière sûre.

L’EAV sur lequel travaillent les Robins des mers est de type Savonius. Un prototype est monté dans la maison de Michel Barrault. Elle a l’avantage de fonctionner avec toutes les directions de vent, peut capter des vents puissants et supporte bien les rafales. Ce qui la rend idéale pour les conditions climatiques réunionnaises. Elle peut être installée à peu de niveau du sol, au contraire des éoliennes à pales. Elle est de plus pratiquement silencieuse, car elle ne casse pas le vent (15 dB à 5 mètres). Michel Barrault a quant à lui élaboré un système qui permet de transformer cette énergie en électricité.

Le biodigesteur individuel est une sorte de méthaniseur qui fonctionne à partir des déchets domestiques et d’eaux de pluie. Il se compose de deux cuves étanches dans lesquelles, en milieu clos, vont se développer des bactéries qui, elles, vont produire le méthane . « Exactement le même processus qui se passe dans notre corps », plaisante le président, « et nous ne sommes pas dangereux » . Le gaz produit par le prototype mis en place génère de quoi cuisiner pour une famille de trois personnes. Les Robins des mers envisagent de produire des unités empilables afin de s’ajuster aux besoins des familles.

L’autonomie énergétique pour La Réunion est un combat pour lequel le PCR se bat depuis longtemps. Comme il le rappelle souvent, cela nécessite de sortir du monopole et pratiquer un mix énergétique à petite comme à grande échelle. Ce qui permettra en plus de faire baisser la facture, mais aussi de sortir d’une dépendance de l’extérieur. Les initiatives comme celle des Robins des mers, en offrant un système à la portée de tous, y trouve bien évidemment sa place.

CF

Retrouvez le blog des Robins des mers :

http://robinsdesmers.over-blog.com/
Construire une éolienne à axe vertical :

http://www.onpeutlefaire.com/construire-une-eolienne-a-axe-vertical
L’éolien, une énergie d’avenir

L’énergie éolienne est aujourd’hui l’énergie propre la moins coûteuse à produire, ce qui explique l’engouement fort pour cette technologie. Les recherches en cours pourraient lui laisser pendant encore de nombreuses années cette confortable avance. Les technologies permettant de capter l’énergie éolienne peuvent être classées en deux catégories :

• L’éolien au sol

Utilisation de l’énergie du vent à basse altitude.

- Le petit éolien, de petite et moyenne puissance, de 100 W à environ 20 KW,

- Eolienne à axe vertical de type Savonius, rotor d’axe vertical qui tourne au centre d’un stator à ailettes,

- Eolienne à axe vertical de type Darrieus, constituée schématiquement d’un minimum de deux demi-cylindres légèrement désaxés,

- Eoliennes industrielles tripales,

- L’éolien offshore, en mer,

- Éolienne urbaine intégrée au bâtiment.

• L’éolien en altitude 

Utilisation de l’énergie du vent de haute altitude.

- Kite Gen, centrales électriques à voile libre,

- L’éolienne zeppelin,

- Le Kiteship, traction des navires par voile libre.


Kanalreunion.com