Environnement

Réagir après le passage des cyclones

Bilan et état des sentiers après le passage de Dumile

Témoignages.re / 11 janvier 2013

Le réseau de sentiers géré quotidiennement par l’Office national des Forêts est exposé aux intempéries qui frappent l’île. Le relief accidenté conjugué aux fortes précipitations provoque les dégâts les plus importants : glissements de terrain, éboulements et ravinements intenses emportent routes et sentiers. Les vents violents (ce fut le cas avec Dina en 2002, avec des vents à plus de 200 km/heure) déracinent les arbres et arrachent des branches.
La surveillance continue des itinéraires par les agents forestiers et les équipes d’ouvriers permet, en concertation avec les services de la Préfecture, de prononcer, via un arrêté préfectoral, l’interdiction d’accès aux tronçons nécessitant des travaux lourds (plateformes emportées et éboulis).
Cette reconnaissance générale du réseau de sentiers répond à un souci premier de sécurité civile.

JPEG - 33.3 ko

A la suite de cyclone, comme ce fut le cas avec Hyacinthe en 1980 et, plus récemment, Dina et Harry en 2002, Diwa en 2006, Gamède en 2007 et aujourd’hui Dumile, certains sentiers peuvent devenir impraticables et seront alors fermés par arrêté préfectoral.

Il convient alors, pour la sécurité de tous, de respecter la réglementation en vigueur.

Le rôle de l’ONF dans la gestion post-cyclonique

L’ONF à La Réunion s’organise selon la procédure de gestion de crise et est associé à la mise en œuvre des procédures diligentées par le Préfet (ORSEC).

L’action de l’ONF prend tout son sens après la période de crise proprement dite. Le service est amené à inventorier les dégâts, à évaluer les dommages et à proposer des actions dont le financement sera assuré par le Conseil général.

Les priorités de l’action visent à rétablir dans le délai le plus bref possible les communications en lien avec :


 la satisfaction des besoins en nature des habitants


- la vie des habitants des sites isolés

- la vie économique des Hauts : les voies et sentiers desservent des gîtes, des tables d’hôtes et des boutiques

La sécurité du public reste très présente dans toutes les actions qui sont ainsi menées, et la gestion des interdictions et des réouvertures à la circulation des piétons (sentiers) ou des véhicules (routes) se fait en lien étroit avec les services du Préfet.

De plus, les médias qui assurent le relais des informations permettent une mise à disposition efficace de celles-ci au public.

Un véritable patrimoine de sentiers

Un grand choix pour partir à la découverte de l’île :

- 300 km de routes à vocation forestière et touristique permettent d’accéder aux sites touristiques majeurs des Hauts (maîtrise d’ouvrage : Conseil régional ; entretien : Conseil général)

- 850 km de sentiers, entretenus et balisés par l’ONF grâce au financement du Conseil général, pour découvrir des sites exceptionnels

- diverses publications présentent les différents itinéraires pour partir se promener dans les meilleures conditions et satisfaire ainsi vos curiosités historiques, géologiques, floristiques...

- pour les enfants et pour faciliter vos envies de sorties en famille, l’ONF a édité le guide Sentiers Marmailles qui propose des balades accessibles à tous.

Vous pouvez les consulter en ligne sur le site du Conseil général de La Réunion.

Les programmes forestiers et touristiques sont majoritairement co-financés par la Région et le Département (avec contribution des fonds européens).

Une fréquentation soutenue


Le nombre de sorties sur les sentiers est évalué à 1.800.000 par an. S’y côtoient :


- les familles qui privilégient les petites balades

à proximité immédiate des sites d’accueil, avant ou après un pique-nique, ce qui représenterait 500.000 visites annuelles

- les randonneurs qui préfèrent les marches de plusieurs heures, soit 1.300.000 visites annuelles.

Parmi les randonneurs :


- deux tiers sont des résidents, soit environ 900.000 visites annuelles


- un tiers sont des touristes, soit environ 400.000 visites annuelles.

L’importance des 850 km de sentiers gérés pour toutes les personnes qui vont bat’karé (se promener, en créole) en forêt est donc incontestable.

Une fonction sociale et économique indéniable

La dimension sociale présente plusieurs facettes :

- les sentiers permettent d’abord à la population de développer des activités de loisirs

- leur entretien et leur réfection génèrent de l’emploi grâce à la volonté politique des 
élus du Conseil général qui y consacrent des moyens conséquents chaque année

- la gestion des sentiers sert de support de formations techniques aux bénéficiaires de 
contrats d’insertion (environ 500 personnes par an)

- enfin, les itinéraires pédestres servent, pour les sites qui ne sont équipés de routes, de 
voie de desserte pour y entrer ou en sortir, ou encore aller à l’école. C’est le cas du cirque de Mafate. 
L’activité marchande générée par les sentiers est prise en compte dans le cadre de la réflexion écotouristique. Un itinéraire devient un lien incontournable entre les différentes structures économiques et touristiques des Hauts (refuges de montagne, gîtes, tables d’hôtes, boutiques).

Aujourd’hui, l’offre est à la fois très riche et variée :

- 895 km de sentiers pédestres

- 400 km de routes et de pistes

- 210 km de pistes VTT forestières


- 110 km de pistes équestres

- 350 aires d’accueil aménagées

- 11 gîtes publics

Chiffres-clés

3 millions 750.000 euros par an consacrés par le Conseil général à la gestion globale et constante des sentiers (entretien, signalétique...) ainsi qu’à l’insertion (CUI et fourniture d’encadrement)

1 million 800.000 randonneurs par an profitent des milieux naturels valorisés.
• Conseils et précautions

Dans la nature, le risque zéro n’existe pas. En particulier à La Réunion où découvrir sa beauté se mérite, avec souvent des dénivelés importants à franchir.

Les conseils ci-dessous vous permettront de préparer au mieux votre sortie nature :

- prévenez un de vos proches ou amis de votre sortie

- avant de partir, consultez la météo et l’état des sentiers

- pensez à adapter la marche à sa condition physique

- ne sortez pas des sentiers balisés

- tenez compte des dangers qui sont indiqués à l’entrée de chaque itinéraire par des 
“pictogrammes sentiers”

- emportez de l’eau, une carte, des vêtements de pluie et une crème solaire

- ne buvez pas l’eau des ruisseaux sans pastilles désinfectantes

- prévoyez une petite trousse à pharmacie.

• Numéros utiles et “Info Sentiers”

- Météo France : 0836680202

- Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne : 02 62 930 930

- Pompiers : 18

- Samu : 15

- Police Gendarmerie : 17

- Appel d’urgence européen par téléphone portable (gsm) : 112

Les services de la DR ont procédé à la suppression du répondeur “Allo sentiers”. Rendez-
vous désormais sur le site internet www.onf.fr/la-reunion, rubrique “Infos sentiers”. Les différentes cartes des sentiers par secteur et tous les arrêtés préfectoraux en vigueur peuvent dorénavant y être consultés. 


• Hébergement et informations touristiques

- Ile de La Réunion Tourisme (IRT) : 0262 21 00 41


- Fédération régionale des offices de tourisme et syndicats d’initiatives 
 (Frotsi) : 0262 21 73 76


- Loisirs accueil : 0262 90 78 78


- Depuis l’étranger, composer l’indicatif de La Réunion (0262) + le n°désiré (sans le “0”).
Sentiers fermés par arrêté préfectoral

Les sentiers en mauvais état suite au passage de Dumile :

- Nez de Bœuf Roche Plate à Saint-Joseph (nombreux arbres en travers)

- Roche Plate Maïdo à Mafate (plateforme éboulée, mais passage possible et travaux dans 
les jours qui viennent)

- entre La Nouvelle et le Col des Bœufs à Mafate (arbres et arbustes en travers du sentier)

- entre La Nouvelle et le Col du Taïbit (arbres et arbustes en travers du sentier) 


A Cilaos, les sentiers traversés par des ravines en crue suite au passage de Dumile :

- Petit Bras Ilet Haut (du Pavillon jusqu’à Peter Both)

Bassin Bleu


- Bassin Fouquet


- Sentier des Calumets

(Cette liste n’est pas exhaustive).


Kanalreunion.com